GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Emmelie Prophète, romancière d'Haïti et d'ailleurs

    Emmelie Prophète en studio à RFI (octobre 2018). © Fanny Renard / RFI

    Née à Port-au-Prince où elle vit, Emmelie Prophète est poète, romancière et journaliste. Elle a publié chez Mémoire d’encrier «Le testament des solitudes», qui lui a valu le Grand Prix littéraire de l’Association des écrivains de langue française (ADELF) (2009), «Le reste du temps» (2010), qui raconte sa relation particulière avec le journaliste Jean Dominique, assassiné en 2000, «Impasse Dignité» (2012) et «Le bout du monde est une fenêtre» (2015).

    Son nouveau roman s'intitule «Un ailleurs à soi», aux éditions Mémoire d'encrier.

    Couverture du roman © Mémoire d'encrier

    «Tout un peuple se prépare à fuir, s’inventant un ailleurs à défaut d’un avenir. Partir est un mythe auquel personne n’échappe. Au Ayizan, chic restaurant de Pétion-Ville, se font et se défont les voyages. Lucie sert les clients le jour et vend son corps la nuit. Maritou fuit la haine de Jeannette et la pitié de Clémence ses demi-sœurs. Elle vomit son angoisse et sa solitude jusqu’à sa rencontre avec Lucie. Elles s’apprivoisent jusqu’à s’aimer. Un ailleurs à soi, miroir où se tissent illusions et vœux de départ.» (Présentation de l'éditeur)

    Extrait «Lucie était la nuit, elle était la lune. Elle était persuadée que personne ne la verrait quand elle aura finalement pris la fuite pour se diriger vers cet horizon qui l’appelait depuis tellement de temps. Elle dormirait dans la rue, elle mangerait n’importe quoi, mais elle serait libre, se disait-elle. Elle perdrait la pesanteur du corps, cet objet de désir insensé, toute cette féminité qui la forçait à des combats pour lesquels elle ne se sentait pas prête.»

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.