GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Sri Lanka: Rajapakse a été élu président avec 52,25% des voix (résultats officiels)
    • Iran: quarante arrestations lors de manifestations à Yazd contre la hausse du prix de l'essence (agence)
    • Hong Kong: un policier a été blessé à la jambe par une flèche tirée par un manifestant (forces de l'ordre)

    La couverture interdite de la guerre au Yémen

    Des soldats fidèles aux forces de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite sont vus dans le port d'Aden, dans le sud du Yémen, le 29 octobre 2018. Saleh Al-OBEIDI / AFP

    Combien de morts la guerre, que mène l’Arabie saoudite au Yémen depuis mars 2015, a-t-elle provoqué ? 10 000, comme on le lit ou l’entend partout ? 50 ou 80 000, comme l’écrit The Independent, sur la foi de l’expertise d’un groupe de recherche associé à l’université britannique du Sussex ? En réalité, personne n’en sait rien.

    Ce qui est sûr, c’est que le chiffre de 10 000 morts, qui provient d’un rapport des Nations unies daté d'août 2016, n’a plus aucun rapport avec la réalité. Ou alors, il faut imaginer que les centaines, les milliers de bombardements aériens de la coalition réunie derrière l’Arabie saoudite, n’ont eu aucun effet et que le décompte des morts est resté bloqué.

    Parallèlement, la catastrophe humanitaire est patente du fait d’une épidémie de choléra et de la famine. Mark Lowcock, secrétaire général adjoint de l’ONU, a déclaré le 18 octobre que 8,4 millions de personnes étaient au Yémen en « situation d’insécurité alimentaire grave » et dépendaient « d’un apport en nourriture urgent ».

    Face à cette urgence, les médias commencent seulement à se mobiliser. Le New York Times a publié cette semaine des photos d’enfants yéménites décharnés du fait de la famine. Facebook était si peu habitué à ce type de publications qu’il a commencé par censurer ces photos d’enfants dénudés.

    Il a fallu attendre le scandale de l’assassinat du chroniqueur du Washington Post, Jamal Khashoggi, pour que la presse américaine s’intéresse vraiment à la guerre au Yémen. Jusqu’ici reléguée dans les pages intérieures, la guerre est désormais présente en Une du New York Times à travers le corps squelettique de la petite Amal Hussain, 7 ans. Le Monde, en France, consacre aussi de plus grands papiers à cette guerre depuis quelque temps.

    Le grand reporter du quotidien Jean-Pierre Rémy expliquait il y a un mois à Bayeux que la couverture médiatique du conflit est « inversement proportionnelle à son importance ». Mais c’est vrai qu’il est très difficile de couvrir le Yémen. « Les photographes et reporters qui ont pu y travailler se comptent sur les doigts d’une main, disait-il. Les Saoudiens bloquent l’accès au Nord. Pour les Yéménites, le pays est devenu une prison. »

    Alors que se passe-t-il aujourd’hui ? La guerre n’est pas pire qu’auparavant, les pressions pour une sortie du conflit se sont même multipliées en direction de Riyad, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, trois pays où l’on vend des armes à l’Arabie saoudite. Surtout, la volonté des Occidentaux de soutenir le réformisme apparent du prince héritier Ben Salman, à l’origine de la guerre, ne résiste plus à l’épreuve du sang… d’un journaliste du Post.


    Sur le même sujet

    • Chronique des droits de l'homme

      «Yémen, la guerre qu'on nous cache»

      En savoir plus

    • Orient hebdo

      «Yémen, écrire la guerre»

      En savoir plus

    • Les chaînes d’infos, un an après les débuts des «gilets jaunes»

      Les chaînes d’infos, un an après les débuts des «gilets jaunes»

      C'est l'heure du bilan pour les chaînes d’information en continu, un an après le démarrage du mouvement des « gilets jaunes », en France.

    • Netflix a enfin une vraie concurrence

      Netflix a enfin une vraie concurrence

      Nous parlons aujourd'hui des plateformes de streaming vidéo qui viennent concurrencer Netflix. Au Royaume-Uni, la BBC et ITV ont lancé Britbox cette semaine. Le 12 novembre, …

    • Facebook et la vérification des faits en Afrique

      Facebook et la vérification des faits en Afrique

      Facebook développe son programme de fact-checking en Afrique. La plateforme a même annoncé cette semaine qu'elle avait démantelé une opération de désinformation russe.

    • Google en plein bras de fer avec les journaux

      Google en plein bras de fer avec les journaux

      Les éditeurs de presse français se battent pour les « droits voisins », qui visent à rémunérer les médias pour l’utilisation de leurs articles sur Google. Une loi est …

    • XDDL ou la logique du pyromane pompier

      XDDL ou la logique du pyromane pompier

      Retour sur le ratage médiatique autour de la pseudo-arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès. Une méprise qui pourrait s’expliquer par la volonté d’allumer un feu au …

    • Apple se censure en Chine

      Apple se censure en Chine

      Où il est question de l’influence de la Chine sur les géants américains du numérique. Cette semaine, Apple a été contraint de retirer une application de localisation …

    • L'ambigu Éric Zemmour

      L'ambigu Éric Zemmour

      Le polémiste Éric Zemmour a suscité un véritable tollé, après ses propos anti-islam et anti-immigration tenus samedi dernier à une tribune politique et retransmis en …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.