GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Meurtre Khashoggi: Trump ne veut pas écouter l'«horrible» enregistrement
    • Le président français Emmanuel Macron indique vouloir une relance de l'Europe pour éviter un «chaos» mondial
    • «Gilets jaunes»: le Premier ministre, Edouard Philippe, sera au 20h de France 2 dimanche soir (Matignon)
    • Journée mondiale des pauvres: le pape dénonce le «vacarme de quelques riches» qui éteint les cris des plus démunis

    L’art fait par intelligence artificielle fait un tabac chez Christie's

    Une femme contemple le portrait d'«Edmond de Belamy», créé par une intelligence artificielle. AFP/Timothy A. Clary

    Un tableau réalisé par un programme d’intelligence artificielle a été adjugé pour environ 380 000 euros par la maison new-yorkaise de vente aux enchères Christie’s. Ce portrait dénommé Edmond de Belamy, proposé à la vente par un collectif d'artistes et d’informaticiens français qui s’est donné comme mission de jeter un pont entre le numérique et l’art, a été entièrement façonné puis signé par une machine.

    Alors ! C’est de l’art ou du cochon ? Les programmes d’intelligence artificielle imitant à la perfection les œuvres originales de grands maîtres aujourd’hui disparus, remplaceront-ils bientôt les jeunes créateurs au cœur même de leurs ateliers ? Le vrai-faux Rembrandt entièrement conçu par ordinateur, puis imprimé en 3D, qui avait en 2016 défrayé la chronique quant à sa véritable valeur artistique, a apparemment ouvert la boîte de pandore.

    Que ce soit pour la musique, la peinture ou l’écriture, les intelligences artificielles font leur nid dans le domaine de l’art. Certains programmes en tant que simples assistants de création, d’autres, plus sophistiqués se substituent en toute autonomie, pour le meilleur comme pour le pire, aux artistes. La série de tableaux réalisés par les algorithmes employés par trois Français membres du collectif Obvious en a fait la démonstration. Les portraits originaux générés uniquement à l’aide d’une machine représentent les membres d’une famille fictive dénommée les Belamy.

    Apprentissage profond

    Toutes ces œuvres ont été élaborées en utilisant des réseaux antagonistes génératifs (GAN), qui ouvrent aux intelligences artificielles les portes de l’apprentissage profond en leur permettant de progresser sans une intervention humaine. La toile intitulée Edmond de Belamy rend hommage à Ian Goodfellow, un nom qui veut dire « bon ami » en français. Coïncidence ? Non, je ne crois pas ! Selon la formule consacrée ! Car ce chercheur de la firme Google est justement l’inventeur de cette technologie en réseau qui simule le fonctionnement des cellules grises humaines.

    Son portrait qui a été signé d’une formule mathématique par la « main » virtuelle de la machine qui l’a créé a suscité un vif intérêt de la part des marchands d’art. Estimé à l’origine à 7 000 dollars par les commissaires-priseurs de la maison Christie’s, il a été adjugé pour environ 380 000 euros, soit 40 fois sa mise à prix de départ, lors d’une vente aux enchères à New York aux États-Unis. « Après l’impressionnisme, le pointillisme, nous sommes les pionniers du « GANisme » », se sont exclamés les artistes informaticiens du collectif, en référence à la technologie qu’ils ont utilisée.

    Mais cette nouvelle forme d’art, intéressera-t-elle toujours le genre humain, quand les commissaires-priseurs seront remplacés par des programmes intelligents qui fixeront eux-mêmes le prix des œuvres créées par des machines et qu’achèteront fatalement un jour des robots amateurs d’art ? Un différend « artistique » qui opposera tôt ou tard l’homme à la machine. « Afin de résoudre ces éventuels conflits, il conviendrait peut-être de soumettre le problème à une intelligence artificielle », nous répondraient sans doute et en chœur les spécialistes des sciences du numérique.

    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

    • Voir à travers les murs à l’aide d’un smartphone

      Voir à travers les murs à l’aide d’un smartphone

      Des chercheurs américains ont équipé des smartphones avec un programme informatique qui analyse les ondes radio wifi pour « voir » …

    • Champignon électrogène

      Champignon électrogène

      Des chercheurs américains ont transformé de banals champignons de Paris en groupe électrogène en imprimant une « encre biologique » …

    • FlyCroTugs: des drones petits, mais costauds

      FlyCroTugs: des drones petits, mais costauds

      Des chercheurs suisses et américains ont développé des drones minuscules dotés d’une force herculéenne. Petits mais costauds …

    • Robots métamorphes

      Robots métamorphes

      Des chercheurs américains ont conçu un robot composé de petits cubes motorisés qui s'assemblent les uns aux autres pour constituer une …

    • Un chewing-gum qui ne perdrait jamais son goût

      Un chewing-gum qui ne perdrait jamais son goût

      Des chercheurs japonais ont mis au point un chewing-gum qui garderait son goût en permanence. Cette gomme à mâcher, sous l’action du masticage, …

    • SpotMini embrase les pistes de danse

      SpotMini embrase les pistes de danse

      Une société de robotique américaine dévoile dans une vidéo sur son site web, la nouvelle performance dont son robot-chien dénommé …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.