GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    FlyCroTugs: des drones petits, mais costauds

    Les FlyCroTugs ressemblent à des jouets à l’allure fragile, mais ne vous y fier pas ! Université de Stanford

    Des chercheurs suisses et américains ont développé des drones minuscules dotés d’une force herculéenne. Petits mais costauds ! Ces mini-machines volantes, à l’aide de leurs pattes « adhésives » reproduisant celles du lézard gecko, sont capables de déplacer des objets 40 fois plus lourds qu’elles. Une force de traction bio-inspirée qui donne à ces appareils la possibilité d’ouvrir les portes.

    On ne le dira jamais assez ! La taille en définitive ne fait rien à l’affaire ! En collaboration avec le Département d’ingénierie mécanique de l’Université Stanford, aux États-Unis, une équipe du Laboratoire de systèmes intelligents de l’École polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse a mis au point un modèle réduit de robot volant doté d’une force herculéenne.

    Surnommés les FlyCroTugs, contraction de Flying micro tugging robots, ils ressemblent à des jouets à l’allure fragile, mais ne vous y fier pas ! Ces appareils directement inspirés par Dame Nature, sont petits, mais puissants, indiquent les chercheurs. Prenant modèle sur la guêpe « capable, quand sa nourriture est trop lourde pour redécoller, de la traîner sur le sol », le drone conçu par les scientifiques, pèse pas plus de 100 grammes, il est grand comme une demi-main et adopte la même stratégie que l’insecte.

    Une force qui réside dans un câble

    Le secret de la force de ces poids plumes héliportés se cache dans le câble de traîne dont ils sont équipés. Des filins tapissés d'un « adhésif sec » qui s'inspire des pattes du lézard gecko. Pour s’accrocher aux surfaces lisses, celle d’une vitre par exemple, le reptile utilise naturellement, les « forces de Van der Waals », du nom de son découvreur. Comme le ferait un aimant sur une plaque de métal, les interactions électriques de faibles intensités se produisant entre les molécules des poils microscopiques sous ses doigts de l’animal et celles d’un support glissant, lui permettent de galoper ou de rester « scotcher » au plafond, sans jamais tomber.

    Les chercheurs ont pourvu le treuil de leur drone avec cet adhésif bio inspiré. Par ailleurs, afin qu’il s’accroche aux surfaces rugueuses, ses câbles sont dotés également de 32 micro-pointes de métal en forme d’hameçon permettant au drone de se suspendre aux aspérités des parois. Ainsi équipé l’engin volant, comme le font les guêpes, peut alors soulever, remorquer derrière lui un poids de 40 fois sa masse, soit quatre kilogrammes.

    Plus étonnant encore, en conjuguant leurs efforts, les FlyCroTugs accomplissent des tâches réservées jusqu’à présent aux robots de grande dimension. Deux appareils suffisent pour attraper au lasso la poignée d'une porte, avant de l'ouvrir. Les chercheurs envisagent d’employer leurs appareils pour des missions de secours : acheminer des caméras, des trousses de soins ou encore des flacons d'eau aux survivants qui seraient coincés dans un éboulement. Et dans un domaine plus industriel, une flottille de ces engins offrirait aux ingénieurs de quoi soulever des montagnes.

    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

    • Un drone tueur de drones

      Un drone tueur de drones

      Une entreprise aux États-Unis a conçu un drone ultra rapide qui percute, pour mieux les abattre, des engins malveillants qui survoleraient des espaces aériens interdits.

    • Une «robolution» pour les seniors

      Une «robolution» pour les seniors

      Des chercheurs japonais expérimentent des robots capables d’effectuer des tâches ménagères en tout genre. Objectif des scientifiques nippons ? Créer des machines dotées …

    • Le virtuel dans la peau

      Le virtuel dans la peau

      Des chercheurs suisses ont conçu une peau artificielle procurant aux usagers de casques immersifs les sensations du toucher dans les environnements de la réalité augmentée.

    • Un bioréacteur pour résorber des tonnes de CO2

      Un bioréacteur pour résorber des tonnes de CO2

      Avec l’objectif de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, une entreprise américaine a mis au point un bioréacteur de faible dimension qui serait plus performant …

    • Prédire l’évolution des feux de forêts

      Prédire l’évolution des feux de forêts

      Des scientifiques américains ont mis au point un programme d’intelligence artificielle qui permettrait d’analyser en temps réel la progression des incendies de forêt …

    • Facebook, le réseau social des cerveaux

      Facebook, le réseau social des cerveaux

      Pouvoir facilement contrôler ses appareils high-tech uniquement par la pensée est le service que le réseau social Facebook compte bientôt proposer à ses 2 milliards d’abonnés. …

    • «This Person Does Not Exist», le programme qui invente des visages

      «This Person Does Not Exist», le programme qui invente des visages

      Entièrement conçues en temps réel à l’aide d’un programme d’intelligence artificielle, les photos de synthèse de faux visages, de personnes de tous genres, tous âges …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.