GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Iran: Les Gardiens de la révolution confirment avoir mené un «récent» test de missile
    • Thaïlande: la junte lève l'interdiction de mener des campagnes politiques, à l'approche des élections de 2019

    Redressement fragile des économies pétrolières du Golfe

    Des installations de production sont visibles sur le champ pétrolifère Shaybah de Saudi Aramco, dans le quartier vide, en Arabie Saoudite le 22 mai 2018. REUTERS/Ahmed Jadallah

    La croissance économique a fait son retour dans les pays du Golfe, Arabie saoudite en tête, après une contraction de la richesse de ces pays l'an dernier. Le rebond des prix du pétrole est passé par là. Mais la volatilité des cours rend cette reprise fragile alors que se profile la concurrence du pétrole américain.

    Le bon niveau des prix du pétrole cette année a redonné de l'oxygène aux économies du Golfe. Après une contraction de leur PIB l'an dernier ( 0,4 %), l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït, Oman et le Qatar devraient collectivement voir leur croissance atteindre 2,4 % cette année, 3% l'an prochain, selon le Fonds monétaire international.

    Yo-yo des cours

    Mais cette croissance restera vulnérable, avertit le FMI, étant donné le yo-yo des cours. On l'a vu avec l'affaissement brutal des prix sous les 70 dollars au début de ce mois-ci. L'institution financière internationale appelle les pays exportateurs de brut à profiter vite de l'embellie pour diversifier leur économie et créer l'impôt sur les revenus et sur les sociétés qui n'existent toujours pas dans les monarchies du Golfe.

    Déferlement du pétrole américain en 2019

    Le prix du pétrole est volatil et la concurrence risque d'être très rude dès l'an prochain avec le pétrole de schiste américain. Jusqu'à présent les Etats-Unis manquaient d'oléoducs pour écouler le pétrole du bassin « Permian » au Texas vers les raffineries et les ports américains. Mais ce problème devrait être réglé dans le courant de l'année prochaine, estime Philippe Sébille-Lopez, du cabinet Géopolia. D'ici là, il ne fallait pas permettre au prix à la pompe de flamber davantage aux Etats-Unis, à cause des sanctions contre Téhéran. D'où le délai donné par Donald Trump aux acheteurs de pétrole iranien. D'où son mécontentement également depuis que l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle refermait les robinets, trop tôt pour les Etats-Unis, pas encore prêts à prendre le relais.

    Un baril américain sur cinq en 2025

    2019 sera en revanche l'année du déferlement des pétroles de schiste américains sur le marché international et la Maison Blanche compte bien combler l'absence des barils iraniens. Ce sera bien sûr une concurrence accrue pour les exportateurs traditionnels de brut. Au cours des sept prochaines années, souligne l'Agence internationale de l'Energie, dans ses nouvelles Perspectives énergétiques mondiales, les Etats-Unis fourniront au moins la moitié de la nouvelle production pétrolière et gazière. Soit un baril sur cinq et un m3 de gaz sur quatre !

    La production américaine ne déclinera, estime l'AIE, qu'à partir de 2025. Il faudra alors de nouveaux investissements pétroliers puisque la demande des pays en développement continuera d’augmenter jusqu’en 2040. L’OPEP, dont les pays du Golfe pourront alors reprendre le dessus et faire passer de 30 à 45 %, estime l'Agence, leur part du marché mondial.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.