GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La stratégie de la France contre la déforestation importée

    Cette photo aérienne prise le 3 mars 2018 montre une zone protégée de la réserve faunique Rawa Singkil faisant partie de l'écosystème de Leuser à Trumon, qui est en train d'être incendiée en vue de l'ouverture d'une nouvelle plantation d'huile de palme. JANUAR / AFP

    Comment empêcher la déforestation causée par les achats d'huile de palme, de soja, de cacao ou de bois... à l'étranger ? La France vient de présenter sa stratégie contre cette « déforestation importée ». Le gouvernement veut mettre fin à l'importation de produits non durables en 2030.

    Premier pas salué par la plupart des ONG environnementales, la France se dote d'une stratégie contre la déforestation importée. Une stratégie très ambitieuse sur le papier puisqu'elle associe cinq ministères, qu'elle englobe tous les acteurs, publics et privés, et qu'elle vise un large éventail de matières premières : huile de palme, boeuf et cuir, soja, cacao, caoutchouc, bois et pâte à papier. Vraie nouveauté soulignée par la fondation TFT : la commande publique s'engage à zéro déforestation dans ses achats en 2022.

    Texte ambitieux, mais non contraignant

    Mais toutes les associations environnementales déplorent que cette stratégie n'ait aucun caractère contraignant. « Y aura-t-il un véhicule législatif qui donnera un caractère coercitif à ce texte », s'interroge Greenpeace ? Pour l'instant, on compte sur la bonne volonté du secteur privé, l'échéance est encore repoussée à 2030, sans feuille de route précise.

    Arnaud Gauffier de WWF pointe aussi l'absence de moyens pour réaliser tous ces objectifs. « Comment est-ce qu'on aide le secteur privé ? Comment est-ce qu'on s'assure que l'objectif de zéro déforestation importée dans les achats de l'Etat en 2022 est bien respecté, quels outils on met à disposition de l'Etat, des collectivités, etc... ? Comment est-ce qu'on aide les pays producteurs à aller vers une production zéro déforestation via l'aide publique au développement. Il est mentionné que l'AFD va dédier 60 millions d'euros sur cinq ans à cette question-là... C'est rien, sur le budget de l'AFD, 60 millions d'euros. »

    Ambiguïté sur les biocarburants

    Le flou demeure aussi sur les biocarburants. Le gouvernement vient d'autoriser Total à se fournir en huile de palme pour son usine de La Mède. Alors que dans sa stratégie zéro déforestation il s'engage à éliminer en 2030 ce type de biocarburants. D'ici là Paris veut les plafonner selon les critères que définira la Commission européenne. Rendez-vous en février prochain.


    Sur le même sujet

    • Afrique Économie

      La filière cacao se mobilise contre la déforestation

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Lutte contre la déforestation: l’industrie alimentaire recourt au satellite

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.