GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Aujourd'hui
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Champignon électrogène

    Champignons (Photo d'illustration) © Anne Coignet

    Des chercheurs américains ont transformé de banals champignons de Paris en groupe électrogène en imprimant une « encre biologique » sur la coiffe des fongiques. Pour l’instant cette symbiose artificielle ne délivre qu’une puissance de quelques nano-ampères seulement précisent les scientifiques.

    Longtemps considérés comme des « plantes imparfaites », les champignons sont des organismes un peu bizarroïdes ! Sans chlorophylle dans leur chair, ils sont incapables d’amorcer la moindre photosynthèse. Ils ne se déplacent pas pour chercher leur nourriture, qui est pourtant composée exclusivement de matière organique.

    Ni végétaux, ni animaux, ils font bande à part dans le monde du vivant, dignes représentants d’un règne bien à eux, celui des fongiques. Difficile dans ces conditions de les employer comme panneaux solaires, affirment de nombreux scientifiques qui expérimentent des dispositifs imitant les végétaux. C’est sans doute la raison pour laquelle, des chercheurs de l’institut des technologies Stevens dans le New Jersey aux États-Unis, ont préféré aller cueillir des champignons, histoire de s’aérer et s’éclaircir les méninges.

    La récolte fut bonne ! Puisqu’ils sont revenus dans leur labo avec des idées, pour le moins électrisantes et un panier rempli de champignons de Paris, dont l’appellation contrôlée nous démontre que le « Great Again » de la France n’est qu’un éternel recommencement. En se servant de notre fongique national, ces chercheurs « mycophiles » ont développé un système bionique capable de produire de l'électricité sous l’action de la lumière solaire.

    Pour réussir cette cuisine électrogène, il faut une pincée de cyanobactéries, des microbes qui ont la particularité de produire de l'électricité quand ils sont éclairés. On ajoute des nanorubans de graphène, un matériau révolutionnaire qui se présente sous la forme d’un cristal raplapla constitué d’atomes de carbone, utilisé dans ce cas précis, pour collecter le courant.

    Mélangez fortement les composants pour obtenir une « encre biologique ». Les chercheurs ont ensuite gravé cette mixture à l’aide d’une imprimante 3D, en dessinant des spirales de couleur verte, sur la coiffe notre champignon parisien. Et voilà, miam ! C’est prêt ! Il ne reste plus qu'à placer sous la lumière cette symbiose artificielle mi- végétale et mi- fongique pour générer pendant plusieurs jours 65 nanoampères. C’est insuffisant pour ravitailler nos appareils électroniques gloutons. Mais des milliers branchés en série permettraient d’alimenter des éclairages de basse consommation à LED, envisagent les scientifiques. En revanche, rien dans leurs conclusions, n’indique si le champi électrogène, resterait comestible après une telle métamorphose.

    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

    • Générateur hydrogène-solaire

      Générateur hydrogène-solaire

      Pour stocker l’énergie solaire sous forme d’hydrogène, des chercheurs suisses ont expérimenté un dispositif d’électrolyse qui utilise de simples cellules photovoltaïques …

    • Un colibri mécatronique

      Un colibri mécatronique

      La grande famille des créatures ailées et électromécaniques s’agrandit. Des chercheurs américains ont développé un robot-colibri piloté par un programme d’intelligence …

    • BioUrban, l’arbre robot

      BioUrban, l’arbre robot

      Une société mexicaine a mis au point un « végétal » hybride mi mécanique, mi-biologique qui a la capacité de filtrer l’air pollué dans les villes en rejetant autant d’oxygène …

    • Des nanoparticules anti-buée

      Des nanoparticules anti-buée

      Une équipe de chercheurs européens ont agencé des nanoparticules d’or et de titane pour développer un revêtement qui empêche en grande partie n’importe quelle surface …

    • Phoenix, l’avion plus léger que l'air

      Phoenix, l’avion plus léger que l'air

      Des ingénieurs du Royaume-Uni ont développé un nouveau type de machine volante hybride qui cumule à la fois les caractéristiques d’un dirigeable et celles d’un avion. …

    • Photosynthèse d’hydrocarbure

      Photosynthèse d’hydrocarbure

      Des chercheurs européens ont mis au point un générateur de combustible qui convertit le CO2, gaz à effet de serre, en carburant. Surnommé de « plante artificielle » par …

    • Sur la piste du premier synthétiseur de pensées

      Sur la piste du premier synthétiseur de pensées

      La plupart des recherches dans les laboratoires de neurosciences se concentrent sur le développement de systèmes informatiques permettant d’interfacer des cerveaux humains …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.