GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Décembre
Jeudi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Les promoteurs immobiliers d'Afrique de l'Ouest à Paris pour démarcher la diaspora

    Vue d'Abidjan le 31 août 2015. (Photo d'illustration) Jose Cendon/Bloomberg via Getty Images

    La 1ère édition du Salon africain de l’habitat à Paris vient de se tenir à Paris. C’était du vendredi 16 au dimanche 18 novembre.  Une  manifestation organisée par les 8 pays francophones d’Afrique de l’Ouest et parrainée par la Côte d’Ivoire. Plusieurs promoteurs d’Afrique de l’Ouest proposent villas et appartements haut de gamme, principalement aux diasporas respectives.

    C’est un salon qui a vocation à proposer à la diaspora d’Afrique de l’Ouest toute l’offre immobilière de la région, pour lui permettre d’être en contact direct avec les promoteurs immobiliers, « en toute sécurité », insiste Ismael Boga N'Guessan, Commissaire général du salon. « On a noté que bien de nos concitoyens souhaitent avoir un logement, une maison, dans leurs pays d’origine et très souvent, ils passent par les intermédiaires : des amis, la famille, etc. Et à la fin de l’opération, le projet n’aboutit pas. Nous avons pensé qu’il serait bien d’organiser les promoteurs africains et de leur faire rencontrer directement à Paris la diaspora de ces pays-là. » 

    Il y a avait une cinquantaine de stands, comptant principalement des promoteurs immobiliers et des établissements financiers. La Banque malienne de solidarité, elle, joue sur les 2 tableaux. Ibrahim Coulibaly, Directeur commercial, du marketing et de la communication de la BMS, confirme les déboires de certains membres de la diaspora. « Beaucoup de nos compatriotes, dans le cadre de la réalisation de leurs projets immobiliers, soit leur argent est purement et simplement détourné, soit ils réalisent un projet qui n’est pas à la hauteur de leurs souhaits et ils sont déçus à leur retour au pays. Nous, nous intervenons dans le cadre des logements sociaux, des logements économiques ou des logements de standing. Pour nos logements économiques, les prix vont de 25 à 28 millions de francs CFA. » La BMS accorde des crédits immobiliers avec des taux d’intérêt variant entre 8 et 10 %, sur le court terme. 

    Des projets immobiliers écologiques

    Dans agglomération d’Abidjan en Côte d’Ivoire, le groupe Koffi & Diabaté développe un nouveau programme de 226 logements, à des prix allant de 102 000 euros pour une petite surface à 485 000 euros pour une grande maison. Il s’agit d’un concept éco-quartier, comme l’explique Anna Djigo, Directrice générale du groupe. « Pour tout le projet, les architectes tiennent à travailler sur le côté durabilité. Un élément important par exemple, c’est la ventilation naturelle qui est intégrée. Au niveau de la circulation de l’air, aussi bien au niveau des logements que des parkings, on est en ventilation naturelle. On utilise beaucoup la lumière naturelle également pour l’ensemble des logements. On a des équipements basse-consommation et tout ce qui est récupération des eaux pluviales et les toitures végétalisées, qui contribuent à créer un environnement vert et durable. »

    Selon les pouvoirs publics et les groupements des promoteurs immobiliers dans les 8 francophones d’Afrique de l’Ouest, l’offre des logements modernes est inférieure à la demande.


    Sur le même sujet

    • France/Afrique

      France: à Paris, le premier Salon africain de l’habitat

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.