GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
Mercredi 20 Février
Jeudi 21 Février
Aujourd'hui
Samedi 23 Février
Dimanche 24 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Violences contre les femmes: oser porter plainte

    Manifestation contre les violences faites aux femmes, le 29 octobre 2017, à Marseille. AFP/Franck PENNANT

    Le 25 novembre, aura lieu la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Dans le monde, une femme sur trois a déjà subi des violences psychologiques, physiques, sexuelles, dans l’espace public au travail et au sein du foyer. En France, selon l’Observatoire national des violences faites aux femmes, 225 000 femmes en 2016, avaient été victimes de violences conjugales, une femme tous les trois jours est tuée par son partenaire. Or, seules 19% d’entre elles a porté plainte. Un an après le mouvement #metoo, les femmes au travers du #whyiidntreport (pourquoi je n’ai pas porté plainte) s’expriment sur la raison de leur silence. Pourquoi si peu de femmes portent plainte ? La lourdeur de la justice et l’inadaptation des services de police sont-ils en cause ? Qu’en est-il du délai de prescription pour porter plainte ?

    Avec:

    - Catherine Perelmutter, avocate au Barreau de Paris, spécialisée en droit de la famille, vice-présidente de l'association « Avocats, Femmes et Violences »
    - Marie-France Casalis, porte-parole de l'association «Collectif Féministe contre le viol»
    - Awa Cissé, membre de l'Association des juristes sénégalaises (qui défend les droits des femmes et des enfants)
    - Muriel Salmona, psychiatre, Française, fondatrice présidente de l'association « Mémoire traumatique et victimologie ».

    Témoignage de Tatiana recueilli par Alice Milot.


    Sur le même sujet

    • 7 milliards de voisins

      #Metoo, et après?

      En savoir plus

    • France

      France: forte hausse de plaintes pour violences sexuelles en 2018

      En savoir plus

    • Afrique du Sud

      Afrique du Sud: un télévangéliste nigérian jugé pour violences faites aux femmes

      En savoir plus

    • Mali

      Mali: un rassemblement contre les violences faites aux femmes

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Profession journaliste : je t’aime, moi non plus

    Profession journaliste : je t’aime, moi non plus
    « Journalope », « merdias », les termes injurieux envers les journalistes se multiplient. De la révolte des gilets jaunes aux hostilités des dirigeants politiques, une violence et une défiance insidieuse se (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.