GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Les startups et le journalisme à l'honneur

    Denise Epoté. RFI/Pierre René-Worms

    1/ Stéphane Ugeux, CEO d'Ewala, la startup au service des mobinautes.

    Assane Diop: En tête de votre sélection cette semaine, un jeune entrepreneur belgo-burundais. Stéphane Ugeux, 28 ans, est le cofondateur de la startup Ewala. Elle est spécialisée dans le transfert d'argent et de vente de crédit téléphonique.

    Pour avoir travaillé chez un opérateur de téléphonie mobile, Stephane Ugeux, après un master en commerce, s’est rendu compte de la multitude de services qu’il était possible d’offrir aux usagers. Grâce à une carte à gratter, les utilisateurs d’Ewala peuvent convertir leur crédit d’appel en mega internet ou l’échanger contre de l’argent. A un taux de 6% contrairement aux 15 % pratiqués par les sociétés de transfert d’argent. Primée en 2016 par le Grand Prix de l’innovation de Microsoft, Ewala collabore aujourd’hui avec 400 opérateurs dans 120 pays dont 38 sur le continent africain. Stéphane Ugeux et son associé Sinouhe Ferreira ont pour ambition d’être la première plateforme en Belgique de transfert d’argent. Un service qui, au quotidien, maintient le lien entre la diaspora et l’Afrique. Ewala est un jeu de mot qui, en français, peut être prononcé « Et voilà » et en anglais E- wallet pour « portefeuille électronique ».

    2/  Anass El Hilal et Jamir Derrouiche, meditrucks une alternative aux déserts médicaux

    En deuxième place de votre hit-parade. Deux ingénieurs franco-marocains et fondateurs de Meditrucks. Une startup alternative aux déserts médicaux au Maroc et en France. Leur credo : aller vers les patients.

    Au Maroc et en France les réalités territoriales sont, certes différentes, mais les enjeux en termes de santé sont identiques. Comment éviter aux malades des zones rurales le parcours du combattant pour se soigner ? C’est ce constat qui est à l’origine du projet Meditrucks initié par Anass El Hilal et Jamir Derrouiche, des ingénieurs devenus entrepreneurs. Après avoir effectué une cartographie des deux tiers du territoire marocain, ils nouent des partenariats avec des hôpitaux qui mettent à disposition des médecins sur la base d’une feuille de route. Les actes médicaux les plus demandés sont la dialyse et l’ophtalmologie. Après le succès rencontré au Maroc, Meditrucks a dû s’adapter au marché français où le service sera lancé en 2019 pour gérer dans un premier temps les soins bucco-dentaires. Après avoir remporté en 2016 le prix Orange de l’entrepreneur social, Meditrucks s’est vue décerner en 2018 le prix de l’innovation mutuelle.

    3/ William Elong, des drones made in Cameroun

    Votre troisième d'affiche Denise Epoté est un Camerounais. William Elong diplômé de l'école de guerre économique à Paris a fondé Will & Brothers. une fabrique de drones très concurrentiels.

    Pour un drone sorti de la startup de William Elong il vous faudra débourser en moyenne 1 000 euros. A 26 ans, après avoir travaillé chez Thales et Oracle, il est à la tête d’une entreprise qui emploie 25 personnes installées au Cameroun, en France, en Allemagne et aux Etats-Unis. Ces engins, qu’il personnalise en fonction du client, servent à la fois dans les secteurs du tourisme de l’agriculture, c’est le cas du drone Africa, premier service de drone civil. A ce jour l’entreprise  a fabriqué trois modèles de drones baptisés Algor, Logarithm et Sanaga. Bien qu’il soit difficile de convaincre les investisseurs locaux, William Elong compte sur un nouveau financement participatif pour développer Cyclop. Un drone qui permettra de détecter des personnes, des objets et même des animaux. L’idée, selon lui, étant de rendre les drones « intelligents » avec peu de ressources.

    4/ Ndiol Macar Sekh, le journalisme au service de l'environnement

    Et l'on referme votre rendez-vous Denise  par un coup de chapeau. Un bravo à notre confrère sénégalais Ndiol Macar Sekh, journaliste au quotidien sénégalais Le Soleil. Il vient de se voir décerner le prix du meilleur journaliste pour la protection de l'environnement par la CEDEAO.

    Et de trois pour Ndiol Macar Sekh. Après avoir été primé en 2017 par l’initiative africaine des médias, puis obtenu le prix de la fondation Mohamed VI pour l’environnement pour son reportage sur les menaces qui pèsent sur l’île de Gorée. Le journaliste vient de se voir attribuer le prix CEDEAO du meilleur journaliste pour l’environnement. Malgré les efforts entrepris par le Sénégal pour la promotion d’une agriculture durable. Le pays est confronté à la dégradation des terres arables. 13% des 22% de terres sur lesquelles vivent 15 millions de sénégalais sont dégradées. Le coût annuel de ces dégradations est estimé à 944 millions de dollars.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.