GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 14 Décembre
Dimanche 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Afrique du Sud [Série 1/5]: l’expropriation des agriculteurs blancs

    24 ans après la fin de l’apartheid, la minorité blanche, moins de 10% des Sud-Africains, détient toujours les trois quarts des terres du pays. ©MIKE HUTCHINGS/REUTERS

    Début aujourd’hui dans Afrique économie d’une série de reportages consacrée à l’Afrique du Sud. Une économie émergente en grande difficulté -le pays est entré en récession depuis le mois de septembre- et vit un tournant politique depuis l’arrivée au pouvoir du président Cyril Ramaphosa, il y a moins d’un an, c’était en février dernier. Tout au long de la semaine, nous vous parlerons de la stratégie sud-africaine pour attirer les investissements, du chômage endémique dans le pays, mais pour commencer on s’intéresse à un projet présidentiel potentiellement explosif : l’expropriation, sans compensation, des agriculteurs blancs.

    Le président sud-africain Cyril Ramaphosa l’a annoncé pendant l’été, à la télé : il veut modifier la Constitution, afin d’exproprier, sans les indemniser, les propriétaires de terres. La cible, ce sont les grands fermiers blancs : 24 ans après la fin de l’apartheid, la minorité blanche, moins de 10% des Sud-Africains, détient toujours les trois quarts des terres du pays -les chiffres varient, mais assez insensiblement, selon les sources-.

    Tokelo Nhlapo est membre des Economic Freedom Fighters, mouvement politique qui entend replacer les Sud-Africains noirs au cœur de l’économie nationale. L’expropriation des propriétaires blancs, sans indemnisation, est pour lui une question de justice historique.

    « Les Noirs ont été expulsés, par la force, de là où ils vivaient. Leurs terres ont été volées, par les armes et par la loi. Aujourd'hui encore, la majorité des Noirs n'a pas de terre pour cultiver ou pour construire sa maison. La Constitution actuelle, sous sa forme actuelle, garantit les droits d'une minorité à continuer de détenir des terres acquises de manière immorale. »

    Benedict Hall est blanche. Elle possède 113 hectares près de Fochville, à une centaine de kilomètres de Johannesburg, où elle élève des vaches, des porcs et des moutons. Cette terre, elle l’a rachetée à son beau-père, fermier blanc lui aussi. Farouchement opposée au projet d’expropriation envisagé par le Président sud-africain, elle aussi parle de justice.

    Mrs Hall va se battre : « Je suis née et j'ai grandi en Afrique du Sud. Ma famille est ici depuis les années 1820 ! Comment pouvez-vous prendre quelque chose qui ne vous appartient pas ? J'ai acheté ma ferme légalement, je l'ai payée, j'ai les actes de propriété. J'ai travaillé dur pour cette ferme, si je dois me battre, je me battrai. Si je dois prendre les armes pour la protéger je le ferai, si je dois lancer une procédure judiciaire, je le ferai. Mais je ne vais clairement pas rester sans rien faire. Nous sommes quelques fermiers à penser la même chose, quoiqu'il arrive nous ferons ce qu'il faut. »

    Afriforum est une association de défense des agriculteurs afrikaners, descendants des colons néerlandais. Ian Cameron, un cadre d’Afriforum, met en avant le risque économique que représente le projet d’expropriation.

    « Rien que cette année, la valeur des propriétés a baissé de plus de 30%. Depuis que le président Ramaphosa a fait son annonce. Ça a déjà un impact énorme sur l'économie sud-africaine. Il est évident que la production alimentaire va être sérieusement affectée. Je ne vois pas d'avenir durable dans un pays où les droits de propriété ne sont pas respectés. La plupart des grandes fermes commerciales qui marchent appartiennent à des Blancs en Afrique du Sud. »

    Certains craignent un scénario à la zimbabwéenne, où la réforme agraire a entraîné l’assassinat de fermiers blancs. Épouvantail pour les uns, menace réelle pour les autres, les fermiers blancs sont déjà la cible, chaque année, de plusieurs centaines d’attaques.


    Sur le même sujet

    • Afrique du Sud

      Afrique du Sud: l’expropriation sans compensation inquiète les économistes

      En savoir plus

    • Afrique du Sud

      Afrique du Sud: restitution de terres en pays zoulou par le président Ramaphosa

      En savoir plus

    • Afrique du Sud

      Expropriations sans compensation en Afrique du Sud: Ramaphosa à l'offensive

      En savoir plus

    • Afrique du Sud

      Afrique du Sud: le secteur viticole durement touché par la sécheresse

      En savoir plus

    • Afrique du Sud

      Afrique du Sud: l'Australie propose des visas humanitaires aux fermiers blancs

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.