GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Venezuela: remise en liberté du vice-président du Parlement

    Le Nigeria nostalgique des oeuvres d'art pillées à Benin City

    Plaques en bronze de Benin City au British Museum. Domaine public

    L'art du bronze a fait la réputation et la richesse du royaume du Bénin, empire vieux de près de 1000 ans dans le sud de l’actuel Nigeria. Pillés à la fin du 19e siècle, les trésors de Benin City sont aujourd’hui pour la plupart exposés dans de grands musées européens. Ces derniers ont récemment annoncé être disposés à les « prêter » à leur pays d’origine à condition que le Nigeria s’engage, de son côté, dans l'édification d’un musée national apte à les accueillir. Sur place, l’impatience de retrouver ces trésors est bel et bien là, mais le scepticisme quant aux capacités d’accueil vient jouer les trouble-fête.

    Dans ce marché d’objets d’art à Abuja, les bronzes ont la cote. Bustes, léopards, masques et statuettes à l’effigie du roi : Rafiu Aman en commercialise de toutes formes, de toutes tailles. Le marchand déniche ces copies contemporaines chez les fondeurs de bronze de Benin City, au Nigeria, pour les revendre dans la capitale. Une affaire plutôt lucrative : « Je suis dans le business depuis plus de 17 ans. J’ai vécu à Benin City pendant 21 ans donc je connais bien la culture. L’art nigérian est très développé et très complexe. C’est un véritable empire, les gens adorent, ils viennent voir les bronzes, parce qu’ils connaissent leur histoire. »

    Cinquante ans d'attente

    Depuis plus d’un demi-siècle, le Nigeria réclame aux Européens le retour des précieuses pièces d’époque. George Ufot, ancien directeur du ministère de la Culture, se souvient d’une tentative échouée en 1977 : « Ces œuvres ont acquis tant de prestige et de valeur au fil du temps. Le Nigeria avait fait grand cas du retour du masque-pendentif du Bénin. Cette pièce en particulier est si belle. Finalement, on s’était résigné à répliquer le travail, grâce aux fondeurs de bronzes de Benin City. »

    Collectionneur d’objets d’art et amoureux de son patrimoine, George Ufot est une icône culturelle au Nigeria. Après avoir travaillé 35 ans au gouvernement, le retraité est conscient des efforts à engager pour accueillir les bronzes. Il est sceptique quant aux capacités d’accueil de son propre pays : « En trente ans, nous n’avons pas construit un seul musée à Abuja. Nous avons plus de 34 musées nationaux, mais ils ne sont pas dans un état acceptable. À l’heure actuelle, nous n’avons pas les infrastructures pour accueillir ces œuvres. Nous n’avons pas de musées ayant été bien traités, conservés, préparés, avec l’équipement nécessaire, l’air conditionné, et ainsi de suite. »

    D’un commun accord avec les Européens, le Nigeria s’est engagé à accueillir les œuvres d’ici 2021. Le musée, prévu à Benin City, sera-t-il prêt dans les délais ? En attendant, les Nigérians devront se contenter des reproductions contemporaines.


    Sur le même sujet

    • France / Nigeria

      Sécurité, culture et développement au cœur de la rencontre Buhari-Macron

      En savoir plus

    • Invité de la mi-journée

      Macron au Nigeria : la vitalité de la culture africaine

      En savoir plus

    • Art/Afrique

      [Vidéo] La «Mona Lisa africaine» pulvérise les enchères

      En savoir plus

    • Reportage Afrique

      Nigeria: les difficultés pour percer dans l'industrie musicale

      En savoir plus

    • Nigeria/Art

      Nigeria: «Tutu», un tableau emblématique retrouvé 44 ans après sa disparition

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Robert Mugabe: des étudiants des années 1970 se souviennent

    Robert Mugabe: des étudiants des années 1970 se souviennent
    Depuis le décès de l’ancien dictateur zimbabwéen Robert Mugabe, des analystes et autres personnes qui l’ont connu ne tarissent pas d’éloges ou de mépris en vers lui. L’homme politique guinéen Mamadou Bah Baadiko, leader de l’Union des forces démocratiques (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.