GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Afrique du Sud [Série 5/5]: En quête d'investissements

    Le quartier d'affaires de Sandton, à Johannesbourg. L'Afrique du Sud, pays le plus inégalitaire au monde, cherche à attirer les investissements. RFI/David Baché

    Dernier volet de notre série consacrée à l'Afrique du Sud, ce pays émergent, dynamique et pourtant en difficulté. Depuis une dizaine d'années, son économie stagne. Elle est même officiellement entrée en récession au mois de septembre. Pour relancer la machine, créer des emplois, le président Cyril Ramaphosa est parti en quête d'investissements. Il a promis de trouver 100 milliards de dollars, soit plus de 85 milliards d'euros.

    Les récentes promesses saoudiennes, émiraties ou encore chinoises, doivent encore être tenues, mais le président Ramaphosa aurait déjà trouvé 55 des 100 milliards de dollars d'investissements privés qu'il entend mobiliser dans les cinq ans.

    De grands travaux sur les infrastructures

    Objectif : diversifier une économie jusqu'ici centrée sur l'industrie minière.
    David Makhura, Premier ministre de la province du Gauteng où se trouvent Pretoria et Johannesburg, est l'un des promoteurs de cette politique. Il en énumère les bienfaits attendus : « Des projets de transport public, des projets de logements à grande échelle, les technologies d'information et de communication, les infrastructures... Les investissements dans les infrastructures créent des emplois, et notre pays connaît un énorme problème de chômage. Il s'agit aussi de stimuler nos petites et moyennes industries pour qu'elles trouvent leur place dans notre économie pour créer plus d'emplois, plus de revenus, pour doper notre stratégie de croissance. »

    Ces dernières années, les investisseurs se montrent frileux vis-à-vis de l'Afrique du Sud. En raison notamment de la corruption généralisée, surtout dans les entreprises publiques, mais aussi dans le privé. Les autorités s'y attaquent de façon spectaculaire depuis quelques mois, mais brandissent dans le même temps un projet d'expropriation des grands propriétaires fonciers, pas vraiment de nature à rassurer les investisseurs.

    Les opportunités sont réelles. Henri de Villeneuve dirige Cobasa, une société basée à Johannesburg, et conseille les investisseurs en Afrique du Sud : « Pour les rassurer, il faut regarder l'histoire des sociétés privées installées en Afrique du Sud. Leur taux de profits, leurs qualités de management. Je pense que Ramaphosa a donné un coup de boost. On commence à avoir ici en Afrique du Sud une sorte d'alignement des étoiles entre les syndicats, l'ANC, le business. Tout ça souhaite marcher ensemble. »

    Manque d'investissements ou trop d'inégalités ?

    L'Afrique du Sud est déjà le pays le plus industrialisé d'Afrique. Pour Stephen Faulkner, l'un des fondateurs du syndicat Saftu, le problème, ce ne sont pas les investissements : « Bien sûr que nous devons attirer des investissements, mais dans le cadre d'une société juste et équitable. C'est de ce nouveau type de pensée que nous avons besoin, et pas des habituelles recettes néolibérales. Il y a une immense frustration dans nos communautés à cause de l'absence d'emplois, de l'absence de services publics de base comme l'eau courante, l'école, l'hôpital... Tout cela manque ! À des millions de gens ! Or notre société regorge de richesses. Le problème en Afrique du Sud, c'est la redistribution. Nous sommes la société la plus inégalitaire de la planète. »

    Des acteurs du secteur privé rencontrés dans le quartier d'affaires de Sandton témoignent avec enthousiasme d'une dynamique nouvelle depuis plusieurs mois. Reste à voir si cela changera quoi que ce soit pour les habitants du ghetto de Soweto.


    Sur le même sujet

    • Afrique Économie

      Afrique du Sud [4/5]: le pays le plus industrialisé du continent face au chômage

      En savoir plus

    • Afrique du Sud / Médias

      Afrique du Sud: bras de fer entre Julius Malema et la presse

      En savoir plus

    • Afrique du Sud

      Les mineurs illégaux qui creusent sous Johannesburg inquiètent la mairie

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Afrique du Sud [Série 3/5]: l'expropriation foncière sans compensation

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Afrique du Sud [Série 2/5]: des expropriations prévues aussi en ville

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Afrique du Sud [Série 1/5]: l’expropriation des agriculteurs blancs

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.