GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 25 Avril
Vendredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Polémique sur les migrations en Allemagne

    Les migrants arrivés le 6 septembre 2015 à la gare centrale de Munich en Allemagne. REUTERS/ Michael Dalder

    Pendant quelques semaines cet automne, on n'a plus parlé migration en Allemagne. Les polémiques nombreuses ces derniers mois se sont dissipées. Mais le sujet est revenu sur le devant de la scène avec le pacte migratoire des Nations unies qui doit être adopté dans dix jours au Maroc. Et à nouveau, les débats pas vraiment sereins ont repris le dessus. Qu'est-ce que ce pacte des Nations unies ? Pour en savoir plus, retrouvons Pascal Thibaut notre correspondant en Allemagne.

    Ce pacte est conçu comme une réponse aux flux migratoires importants vers l’Europe notamment en 2015. Les Nations unies ont décidé de produire deux documents, l’un sur les réfugiés fuyant leur pays en raison d’un conflit notamment. L’autre texte, et c’est de celui-là dont on parle aujourd’hui en Allemagne, le pacte sur la migration concerne les personnes quittant leur pays pour d’autres raisons, et d’abord pour des motifs économiques.

    Le texte qui doit être adopté les 10 et 11 décembre à Marrakech contient 23 buts : les Etats d’origine s’engagent à faire en sorte que leurs ressortissants ne soient pas enclins à partir. Il s’agit aussi de limiter la migration illégale en sécurisant les frontières, en luttant contre les passeurs, en renforçant les expulsions. Des standards minimaux sont prévus pour la prise en charge de ces personnes dans les pays d’accueil.

    Pourquoi le texte a enflammé les débats en Allemagne ?

    Le texte pour lequel Berlin a joué en amont un rôle notable n’a intéressé que les spécialistes en charge du dossier. C’est la campagne menée par le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne qui a contribué à lancé les débats. Pour le mouvement, le pacte ouvre la voie à une immigration incontrôlée qui va submerger l’Allemagne pour faire court. Les responsables de l’AfD ont lancé une campagne massive contre le pacte notamment sur les réseaux sociaux.

    Chez les chrétiens-démocrates, des états d’âme se sont fait entendre notamment dans l’est du pays où la CDU d’Angela Merkel est menacée par la concurrence de l’AfD. La campagne en cours pour la succession de la chancelière à la tête du Parti chrétien démocrate a placé le dossier sur le devant de la scène. Jens Spahn, le plus jeune des prétendants qui critique depuis longtemps la politique migratoire d’Angela Merkel, a lancé le débat et obtenu que le congrès du parti à la fin de la semaine dernière se prononce sur le texte.

    Tous ces débats ont débouché hier sur un vote au Parlement qui n’aurait pas eu lieu sans ces débats. A l’arrivée, la motion de la grande coalition entre sociaux-démocrates et chrétiens démocrates a été adoptée à une large majorité. Les excès rhétoriques de l’AfD ont mis les plus réfractaires sous pression qui ne voulaient pas passer par des suppôts de l’extrême droite.

    La majorité a souligné X fois que le pacte n’était pas contraignant, n’imposait rien à l’Allemagne qui conservait sa souveraineté sur ces questions.

    Ce nouveau débat que traduit-il sur la vie politique allemande d'aujourd'hui ?

    On voit une fois de plus que trois ans après, l’arrivée massive de réfugiés en Allemagne a constitué pour beaucoup un traumatisme. A l’extrême droite, moribonde en 2015, a retrouvé depuis des couleurs en mettant en permanence ce sujet en avant. Au-delà, un nombre non négligeable d’Allemands est inquiet, a l’impression que leur pays a failli il y a trois ans en perdant tout contrôle sur l’entrée de nombreux migrants, voit en Angela Merkel la responsable.

    Les inquiétudes voire les peurs existent. Et au sein du parti conservateur, on a vu, surtout au sein de la CSU bavaroise, comment ce sentiment de la population a également été mis en avant. Mais le thème migratoire a aussi donné lieu à une surenchère de déclarations entre les trois prétendants à la succession d’Angela Merkel à la tête de la CDU.


    Sur le même sujet

    • Etats-Unis / Immigration

      Trump défend l'usage de gaz lacrymogène pour stopper les migrants à la frontière

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      Hospitalité/hostilité: l’accueil des migrants en Europe

      En savoir plus

    • Reportage Afrique

      Série migration [4/4]: Les migrants de la 1ère génération qui ont commencé à rentrer

      En savoir plus

    • Italie

      Italie: le Sénat vote la confiance sur une loi anti-migrants de Salvini

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.