GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Mars
Dimanche 24 Mars
Lundi 25 Mars
Mardi 26 Mars
Aujourd'hui
Jeudi 28 Mars
Vendredi 29 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Golan: la Syrie demande une réunion du Conseil de sécurité (diplomates)

    Les enjeux de la valorisation de l’artisanat à Madagascar

    Coupure du ruban de la Journée spéciale Madagascar, pays invité d’honneur au 15ème SIAO. © RFI/Sayouba Traoré

    Disons tout de suite que l’artisanat malgache bénéficie d’un savoir-faire exceptionnel des artisans, et d’une grande diversité de matières premières naturelles originales. Dans toute la Grande IIe, le travail du bois, le tissage, la broderie, la vannerie, la confection de bijoux... montrent la belle diversité de l'artisanat malgache. Le secteur artisanal de Madagascar se subdivise en douze filières comprenant 114 métiers et touche ainsi à tous les aspects de la vie des Malgaches et à leur économie.

    Le travail du bois, le tissage et la broderie, la vannerie, la bijouterie, le papier Antemoro, l’artisanat de récupération, le secteur artisanal agro-alimentaire et alimentaire : vanille, tressage de la vanille ; le secteur artisanal culture et loisirs : fabrication d'instruments de musique, de jouets, de maquettes de pirogues, plus de 2 millions de Malgaches vivent de l’artisanat. Avec plus de 250.000 artisans professionnels, ce secteur assure 14 à 17% du PIB. Et dans le milieu rural, 40% des paysans malgaches sont tous des artisans.

    Nous venons de voir que l’artisanat est important pour l’économie malgache. Toutefois, le domaine de l’artisanat malgache est toujours confronté à des problèmes de taille dont la plupart demeurent difficiles à résoudre. Une grande majorité des artisans sont regroupés dans le secteur informel. Beaucoup n’appartiennent à aucune structure. Ce qui rend difficile leur encadrement. Et à cela, s’ajoute la difficulté d’accès au crédit et au financement. Seuls 2 artisans sur 10 y ont accès aux sources de financement. Il se trouve que l’Etat à lui tout seul ne peut prendre en charge tous ces producteurs, qui sont en quête de valorisation de leur travail. L’affaire n’est pas simple, parce qu’il faut créer des passerelles entre artisans et les nouvelles exigences du marché. Tout cela suppose des mutations des procédés et processus, ainsi que des efforts de normalisation, de standardisation et de qualité des produits.

    Invités :
    - Éléonore Johasy, ministre de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du patrimoine de la République de Madagascar
    - Clairmond Lala Ranaivojaona, directeur général du Centre National de l’Artisanat Malgache
    - Ralahs Lydia Fabienne, directrice de la Professionnalisation de l’Artisanat malgache
    - Jeanine Rasoavavy, artisane à Tamatave, la région sud-est de Madagascar.

    Production : Sayouba Traoré
    Réalisation : Ewa Piedel


    Sur le même sujet

    • Le coq chante

      La 15ème édition du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou

      En savoir plus

    • Le coq chante

      Le premier Salon International de l’Artisanat du Mali, ou SIAMA 2017

      En savoir plus

    • Le coq chante

      L’artisanat à Maroua au Cameroun

      En savoir plus

    • Le coq chante

      Artisanat féminin et protection sociale

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.