GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Cisjordanie: Israël boucle Ramallah et envoie des renforts après une attaque (armée)
    • Attaque de Strasbourg: une troisième victime est morte (préfecture)
    • Cisjordanie: deux Israéliens ont été tués dans une attaque à l'arme à feu (armée)
    • France: piratage de «données personnelles» enregistrées sur un site du ministère des Affaires étrangères (officiel)
    • Automobile: la justice européenne juge les nouvelles limites d'émissions pour les moteurs diesel «trop élevées»
    • RDC: un mort à Mbuji-Mayi en marge d’une visite attendue du candidat Félix Tshisekedi
    • «Gilets jaunes»: «Il faut maintenant que le mouvement s'arrête», dit Richard Ferrand (LREM), président de l'Assemblée nationale
    • Jérusalem: un attaquant touche deux membres des forces de sécurité avant d'être tué (police)
    • Un «gilet jaune» tué après avoir été heurté par un camion à Avignon (parquet)
    • Turquie: quatre morts et 43 blessés lors d'un accident de train à Ankara (gouverneur)

    L'Afrique se met au champagne

    Dian Diallo est le premier Guinéen à faire du champagne, un demi-sec qui porte son nom. ©Dian Diallo.com

    Le champagne, produit français par excellence, s’exporte partout dans le monde, et de plus en plus en Afrique. Le continent en a importé plus de trois millions de bouteilles l’an dernier. Les plus importants marchés étant l’Afrique du Sud et le Nigéria. Des entrepreneurs africains se lancent dans l’aventure de faire un champagne destiné à une élite africaine. Les Africains du champagne.

    Dans un hangar quelconque au milieu des vignes, une chaîne tourne à plein régime en cette veille de fin d’année. 500 bouteilles du premier champagne portant le nom d’un Africain sortent d’ici chaque heure et sont ensuite empaquetées dans des cartons prêts à partir. « Celui-là est destiné pour le marché parisien. L’export justement on a déjà fait les commandes. Et il y a une autre commande qui va arriver très rapidement. »

    Dian Diallo, c’est le nom de ce champagne demi-sec, mais d’abord celui du premier Guinéen à faire du champagne à s’être associé à un vigneron du cru, Yves macque pour exporter près de 10 000 bouteilles vers le continent. Une opération gagnant-gagnant, d’après l’un des fils d’Yves Jacques.

    « Il va permettre aussi de faire découvrir le champagne dans d’autres régions du monde. Des marchés auxquels on n’a pas accès. Beaucoup de petits vignerons qui vendent à la propriété et qui n’ont pas la force d’export du négoce ou des grandes marques. Et donc avoir un autre partenaire c’est aussi important. Et donc avoir Monsieur Diallo en Afrique c’est aussi un endroit nouveau pour nous ».

    L’histoire de Dian Diallo et le champagne d’Yves Jacques commence, il y a 4 ans. L’ancien représentant pour de grandes maisons du champagne veut faire sa propre marque. Il multiplie rendez-vous avec les vignerons et études de marché pour faire un champagne calibré pour des consommateurs africains.

    « Le goût a été façonné de manière à plaire à une clientèle africaine. ». C’est-à-dire ? « C’est-à-dire que les Africains ont une préférence pour les champagnes doux et fruités. Cette cible, - les Africains et les Antillais- a un goût particulier pour ces champagnes doux et fruités étant donné qu’il y a une classe moyenne qui émerge en Afrique et qui est dans une dynamique de consommer de plus en plus des produits de luxe et donc l’idée c’était évidemment de s’adresser à ces consommateurs. »

    Dian Diallo n’est désormais plus le seul africain à s’être lancé dans le champagne. L’entrepreneur gabonais, Albert Bouango a fait, lui, la stratégie inverse, en ne créant pas sa marque, mais en s’adossant à de grands vignerons, et cela n’a pas été simple.

    « Aujourd’hui pour intégrer le gotha du vin bordelais, et même en champagne, il faut un réseau assez ficelé... J’ai dû chercher pendant quatre ans pour avoir des partenaires. Et ça n’a pas été facile. »

    Le parcours du combattant ne s’arrête pas là. Le champagne et le vin à l’export vers l’Afrique sont ensuite soumis à des taux douaniers prohibitifs selon ces professionnels. Un frein pour ce marché prometteur. Sur le continent, plus de trois millions de bouteilles de champagne ont ainsi été importées l’an dernier.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.