GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Février
Dimanche 17 Février
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
Aujourd'hui
Jeudi 21 Février
Vendredi 22 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Benalla: «La sécurité du président de la République a été affectée» (président commission d'enquête sénatoriale)
    • Les Etats-Unis utilisent des «accusations imaginaires» pour sortir du traité INF (Vladimir Poutine)
    • Affaire Benalla: la commission d'enquête demande la fin des «collaborateurs officieux» de Macron (rapport)
    • France: la commission sénatoriale demande des poursuites contre Benalla, ex-proche de Macron, pour «faux témoignage»
    • Affaire Benalla: la commission d'enquête sénatoriale met en cause le témoignage de trois hauts responsables à l'Élysée (lettre à Larcher)
    • Amender le «filet de sécurité» («backstop» en anglais) est la seule solution pour éviter un Brexit dur le 29 mars (Hunt)
    • Affaire Bygmalion: le Conseil constitutionnel est saisi d'un recours de Nicolas Sarkozy contre un éventuel procès (avocat)
    • Affaire Benalla: la justice n'est pas «sous pression» affirme la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, sur France Info
    • Devant les deux chambres du Parlement réunies, Vladimir Poutine promet aux Russes une amélioration de leur situation «dès cette année»
    • Injures envers Alain Finkielkraut: un homme a été placé en garde à vue (parquet de Paris)

    Pauvreté des producteurs de cacao: «Fairtrade» augmente sa rémunération

    58% des producteurs de cacao Fairtrade vivent actuellement sous le seuil de pauvreté extrême, avec moins d'1dollar 90 par jour. ©Martin VAN DER BELEN/AFP

    Comment assurer un revenu décent aux producteurs de cacao ? Les cours sont beaucoup plus faibles qu'il y a trois ans alors la pauvreté persiste, même chez ceux qui ont été certifiés Fairtrade-Max Havelaar. C'est pourquoi le label équitable relève son prix minimum et sa prime de 20%.

    Fairtrade-Max Havelaar tire les leçons d'un constat accablant, la conclusion d'un audit que le label équitable a le mérite d'avoir lui-même commandé : 58% des producteurs de cacao Fairtrade vivent actuellement sous le seuil de pauvreté extrême, avec moins d'1dollar 90 par jour.

    440 dollars de plus que le cours mondial actuel

    La chute des cours mondiaux est passée par là. La prime de 200 euros la tonne versée en supplément par Fairtrade n'est plus suffisante pour garantir aux producteurs un revenu décent. Le label équitable en tire les leçons : il relève le montant de cette prime de 20%, tout comme il relève de 20% son prix plancher. Au total pour la prochaine campagne, en octobre 2019, les producteurs Fairtrade recevront 2 640 dollars pour une tonne de cacao, 440 dollars de plus que le cours mondial actuel (2 200 dollars la tonne).

    Un tiers des fèves certifiées non valorisées

    C'est une bonne nouvelle... pour ceux qui en bénéficieront. Etre labellisé équitable - Fairtrade, au niveau de la plantation ou de la coopérative, ne garantit pas d'être payé au prix de l'équitable sur la totalité de sa récolte. Le problème est le même pour les autres labels, UTZ et Rainforest, qui sont d'ailleurs moins généreux : 100 dollars de prime par rapport au prix mondial quel qu'il soit. Seuls les deux tiers des fèves certifiées par tous ces labels sont valorisés comme tels (67% l'an dernier). Même si la demande en cacao certifié durable ou équitable a beaucoup progressé, 31% de la consommation, contre 2% il y a dix ans, l'industrie ne peut pas absorber toute l'offre labellisée, qui a progressé encore plus vite et qui n'a pas toujours la qualité nécessaire, quand elle n'usurpe pas la certification du planteur voisin, comme cela s'est produit en Côte d'Ivoire.

    Labels pas suffisants

    « Les labels ont leur mérite, résume l'expert Laurent Pipitone, ex-économiste de l'Organisation internationale du cacao. Mais ils ne peuvent pas régler à eux seuls le problème de la pauvreté des producteurs de cacao ». Pas plus que les initiatives volontaires de l'industrie du chocolat, telles que les prêts pour les achats d'engrais et d'équipement. « Les Etats producteurs de cacao, Côte d'Ivoire et Ghana en tête doivent aussi, insiste cet expert, veiller à éviter les situations d'excédents de cacao, sans abandonner l'idée d'améliorer sur le long terme le rendement à l'hectare des producteurs ». Et l'équation est difficile.


    Sur le même sujet

    • Afrique Économie

      La filière cacao se mobilise contre la déforestation

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L'Afrique peut-elle former un cartel du cacao?

      En savoir plus

    • Afrique Économie

      Le cacao, un potentiel inexploité en RDC

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      SAF Cacao: la faillite qui va ébranler jusqu’aux banques ivoiriennes

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La Côte d'Ivoire et le Ghana veulent coordonner leurs ventes de cacao

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Cacao en Côte d'Ivoire: une gestion «approximative» selon KPMG

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.