GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Février
Samedi 16 Février
Dimanche 17 Février
Lundi 18 Février
Aujourd'hui
Mercredi 20 Février
Jeudi 21 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Attentat au Cachemire indien: le Pakistan se déclare prêt au dialogue mais ripostera s'il est attaqué (Premier ministre)
    • Automobile: le constructeur Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021
    • Télécommunications: «Le monde ne peut pas se passer» de Huawei, selon son fondateur Ren Zhengfei dans un entretien à la BBC
    • Antisémitisme: «geste symbolique» de Larcher et Ferrand au mémorial de la shoah ce mardi (communiqué)
    • Le cyclone Oma s'éloigne de la Nouvelle-Calédonie, des dégâts mineurs à déplorer
    • Finances: Bruno Le Maire se déclare «totalement opposé» à la suppression des niches fiscales (RTL)

    Le charbon polonais fait échouer la réforme du marché européen de l'électricité

    Des tonnes de charbon sont stockées dans une centrale thermique de Trypillian, près de Kiev, en Ukraine, le 23 novembre 2017. ©REUTERS/Valentyn Ogirenko

    La COP24, le sommet climat de l'ONU se poursuit en Pologne, à Katowice. Mais c'est à Bruxelles que le charbon polonais vient de faire échouer la réforme du marché européen de l'électricité.

    Depuis que le président Andrej Duda s'est écrié « je ne laisserai personne assassiner le charbon polonais », mardi dernier, devant les mineurs de son pays, ce combustible fossile est dans tous les esprits des participants au sommet climat de l'ONU, que la Pologne accueille à Katowice. Le chef de l'Etat polonais y a plaidé pour une transition énergétique « juste » qui tienne compte de la dépendance actuelle du pays est-européen au charbon. Mais c'est à Bruxelles ce jeudi, que le charbon polonais a barré la route à une réforme, celle du marché européen de l'électricité.

    550 grammes de CO2 par kW/h maximum

    Cette réforme appartient au « paquet énergie propre » présenté par la Commission européenne il y a plus de deux ans. Une réforme qui bute en particulier sur la résistance des Etats à abandonner les subventions aux centrales électriques nécessaires aux pics de consommation, ce qu'on appelle les « mécanismes de capacité ». Or ces capacités d'appoint tournent majoritairement au gaz et au charbon. Pour respecter les engagements climatiques de l'Union européenne, la Commission a donc proposé de limiter les émissions de ces capacités subventionnées à 550 grammes de CO2 par kilowattheure... Mais cela exclut de fait les centrales à charbon, qui sont les centrales d'appoint en Pologne, où 84 % du courant est produit à partir de charbon.

    Subventions au charbon jusqu'en 2035 ?

    Véto du représentant polonais, qui a invoqué des enjeux de sécurité juridique pour les compagnies énergétiques. Désormais le Conseil des ministres européens de l'Energie défend donc indirectement des subventions au charbon au moins jusqu'en 2035, alors que la Commission européenne voulait y mettre fin dès 2030. Les négociations devraient reprendre mardi prochain au sein du trilogue, entre représentants de la Commission, du Conseil et du Parlement européen. Mais le véritable problème n'est pas réglé : comment aider la Pologne, qui doit répondre à une demande croissante d'électricité, à se passer du charbon. Eurelectric, l'organisation européenne du secteur, a calculé que les investissements nécessaires pourraient se monter à 150 milliards de dollars dans les 25 années qui viennent.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.