GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Janvier
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Aujourd'hui
Lundi 21 Janvier
Mardi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    «Leto», de Kirill Serebrennikov

    «Leto», de Kirill Serebrennikov.

    Leto en russe, l'été en français, saisit une histoire de triangle amoureux et de rock'n roll underground dans la Russie soviétique.
    Mike Naumeko est une figure locale qui anime les soirées d'un club autorisé à Léningrad. Autorisé à condition de soumettre les textes à un comité de censure... Les jeunes spectateurs n'ont que le droit d'applaudir poliment les titres de ces rockeurs russes.
    Viktor Tsoï, lui, a vingt ans à peine et va s'éprendre de Natacha, la femme de Mike et de ce milieu enfiévré de musiciens préservant une fragile bulle de liberté créatrice dans l'URSS de Brejnev.
    C'est toute une scène rock, découvrant avec retard les groupes britanniques ou américains que Kirill Serebrennikov fait revivre.
    Viktor Tsoï est même une véritable icône russe. Le film le saisit dans sa prime jeunesse, avant même qu'il fonde le groupe Kino, un des groupes les plus influents de la musique russe.
    A sa mort, à 28 ans, endormi au volant d'une voiture, c'était en 1990, certains fans sous le choc iront jusqu'à se suicider.
    Kirill Serebrennikov, cinéaste de 49 ans, directeur artistique du Centre Gogol, un théâtre contemporain moscovite, est accusé de détournement de subventions publiques. Des accusations qu’il conteste.
    Le producteur du film Charles-Evrard Tchekoff, et le grand connaisseur du cinéma russe à Unifrance, Joël Chapron viennent nous parler du film.

    La bande annonce officielle de «Leto».

     

    A l’affiche également de notre cinéma cette semaine :

    - Assassination nation, de Sam Levinson
    Les quatre héroïnes du film sont une bande de lycéennes délurées qui évoluent dans un univers de selfies, d’emojis, de snapchats et de sextos. Tout bascule lorsqu’un mystérieux hacker pirate les téléphones portables de la ville.
    En un clic, tous les secrets des habitants sextos, photos pornographiques, liaisons extraconjugales, se retrouve sur Internet et Lily, qui entretient une liaison torride avec son voisin, un homme marié, se retrouve au cœur de la vindicte populaire.

    - What you gonna do when the world’s on fire, de Roberto Minervini
    C’est une chronique de la vie quotidienne de Noirs américains en Louisiane, entre relégation économique, racisme persistant, difficultés sociales. Ce que nous montre Minervini, c’est une situation intenable dans un pays où la situation semble empirer pour les Noirs américains.

     


    Sur le même sujet

    • Russie / Justice

      Russie: première audience publique du cinéaste Kirill Serebrennikov

      En savoir plus

    • Cinéma / Russie

      Russie: «Leto», le film sort, Kirill Serebrennikov reste assigné à résidence

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.