GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
Lundi 21 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 23 Janvier
Jeudi 24 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot/Fichage ethnique: la Ligue inflige au PSG une amende de 100000 euros
    • L'astronaute Thomas Pesquet devrait retourner «très bientôt» dans l'espace (ministre)

    La filière sucrière malmenée en Europe

    Sucre. LOIC VENANCE / AFP

    Les prix du sucre ont perdu 40 % depuis la fin des quotas en Europe, il y a un an. Toute la filière est malmenée : les fabricants de sucre, le négoce, et pour la première fois en France, les cultivateurs de betteraves.

    C'est au tour des betteraviers, en pleine récolte en France, de subir le plongeon des cours du sucre. Une dégringolade causée depuis un an par des records de productions asiatiques qui n'avaient pas été prévus de l'Inde à la Thaïlande. Jusqu'à présent les cultivateurs français de betterave avaient été protégés par des contrats généreux et sur deux ans conclus avant l'effondrement des prix, avec les fabricants de sucre européens. Mais cette année, ils perdent de 400 à 500 euros à l'hectare, avec de surcroît une production de betterave en chute (de 13%), du fait du printemps pluvieux pendant les semis, puis de la sécheresse prolongée.

    Contrats pas respectés

    Les fabricants de sucre sont également très touchés, les résultats de Tereos en témoignent. Le champion français et numéro deux mondial du sucre prévoit un déficit pour la deuxième année consécutive : il a enregistré entre avril et septembre dix fois plus de pertes, 100 millions d'euros, que l'an dernier. Tous les fabricants européens de sucre ont des difficultés, du Français Cristal Union à l'Allemand Südzucker. Ils ont continué à payer cher les betteraviers, mais n'ont pas pu écouler leur sucre au prix convenu avec les géants de la confiserie et des sodas, dont beaucoup n'ont pas respecté leur contrat.

    Le négoce a également souffert, des plus gros, Cargill, Sucden, aux plus petits, et particulièrement ED&F Man, très dépendant du marché européen. Ils ont payé au prix fort les fabricants de sucre, mais ils ont ensuite été lâchés par les fabricants de compote, commente un observateur du marché.

    Espoirs dans l'éthanol

    L'avenir est-il plus rose pour le sucre ? 2019 pourrait voir la fin des excédents mondiaux, qui pèsent aussi sur de plus petits exportateurs comme l'île Maurice, le Soudan ou le Zimbabwe. Les annonces de semis en Europe au printemps prochain, l'état de la mousson en Inde seront décisifs... L'évolution des prix du brut également : si le pétrole est cher, l'éthanol le sera aussi, le Brésil en produira plus aux dépens du sucre à partir de la même quantité de canne. En Europe, l'éthanol pourrait aussi contribuer au redressement de la filière betteravière. Les automobilistes se ruent depuis quelques mois sur les boîtiers « flex fuel », pour adapter leur véhicule à ce biocarburant, beaucoup moins cher que l'essence et le diesel.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Rebond soudain des prix du sucre

      En savoir plus

    • 7 milliards de voisins

      Comment se fabrique la société en désir de sucre?

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.