GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Aujourd'hui
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Quatorze scientifiques africaines honorées par la fondation l'Oréal-Unesco

    Denise Epoté. RFI/Pierre René-Worms

    Cette semaine, quatorze scientifiques africaines honorées par la fondation l'Oréal-Unesco, un jeune ingénieur burkinabè et une Congolaise fondatrice de l'ONG Energy Generation sont les têtes d'affiche de Denise Epoté.

    1/Des scientifiques africaines primées par le prix L’Oréal-UNESCO

    Ce sont 14 femmes, 14 scientifiques, kenyane, sud-africaine, mauricienne, ghanéenne et nigériane qui sont à la une de votre palmarès cette semaine. Leurs travaux de recherche respectifs viennent en effet d’être honorés à Nairobi au Kenya par la fondation l’Oreal-UNESCO.

    Lors de sa création en 1998, la fondation l’Oreal-Unesco s’était fixé comme objectif de contribuer à l’excellence scientifique en mettant en lumière des femmes chercheuses. Vingt ans plus tard, plus de 3000 chercheuses femmes ont été distinguées et accompagnées. Même si on peut déplorer que seuls 28 % des chercheurs soient des femmes et qu’en dépit de la qualité de leurs travaux seuls 3 % ont à ce jour obtenu des prix Nobel scientifiques. A Nairobi, ce 6 décembre, 12 doctorants et 2 posts doctorantes ont été récompensées pour l’excellence de leurs travaux. Je n’en citerai que quelques-uns. Au département de génie mécanique et aéronautique de l’université de Prétoria, Marilize Everts travaille sur le transfert de chaleur et perte de charge de fluides dans des tubes de récepteurs solaires. A l’institut de médecine moléculaire de l’université du Cap, Lerato Hlaka analyse les nouveaux composés en vue d’améliorer l’efficacité dans le traitement de la tuberculose. En 2017, la doctorante a été classée par le Mail & Gardian’s dans le top 200 des jeunes sud-africains. Au département des biosciences et des sciences à l’université de l’Ile Maurice, Rima Beeso travaille elle, sur le potentiel antioxydant et anticancéreux de certaines espèces d’invertébrés. En 2007 l’ex-présidente de l’Ile Maurice, la scientifique Amenaah Gurib Fakim avait elle aussi été distinguée par la fondation L’Oréal UNESCO.

    2/Le Laafi Bag de Christian Toé

    Votre deuxième sélectionnée, Denise Epoté, est un jeune ingénieur burkinabé. On doit à Christian Toé une trouvaille très utile, dans nos pays chauds. Il a mis au point le laafi bag, un sac isotherme et léger qui permet de conserver à bonne température des vaccins.

    Au Burkina Faso où par temps de forte chaleur la température moyenne peut atteindre 40 degrés. Conserver un vaccin en zone rurale non électrifiée est une véritable gageure. Des conditions conservation qui selon l’OMS sont à l’origine du décès chaque année de trois millions d’enfants âgés de moins de cinq ans sur le continent africain. Le défi de Christian Toé était de concevoir un sac frigorifique pouvant transporter des vaccins pendant 90 heures. Plus de trois jours sans que la chaîne de froid ne soit interrompue. Diplômé en génie de système industriel de l’école polytechnique de Bobo Dioulasso, Christian Toé a particulièrement soigné l’ergonomie et le poids du Laafi Bag. Poids qui est un frein pour les agents de santé, car très souvent ils transportent les vaccins à pied ou à moto. Sa startup Genuine Concept envisage d’intégrer au Laafi Bag un système de géolocalisation. Il permettra de localiser l’agent de santé, mais également de surveiller en temps réel la température des vaccins. Une fois homologué par l’OMS, le Laafi Bag sera mis sur le marché. En moré, une des langues parlées au Burkina Faso, Laafi veut dire ça va bien.

    3/Astria Fataki, une électrification made in Africa

    Et pour refermer votre palmarès, Denise Epoté, on se tourne vers le Togo. Pays, où la Franco-Congolaise Astria Fataki a créé l’ONG Energy Génération qui propose des solutions innovantes pour relever le défi d’apporter de l’électricité dans les zones rurales.

    C’est à Lomé et non à Kinshasa que cette diplômée de Sciences Po a choisi de poser ses valises pour y fonder son ONG dans le but de développer des solutions made in Africa comme elle dit. En 2012, après avoir découvert au cours d’une mission humanitaire en Inde et au Guatemala, l’action de Lighting Billion lives qui conçoit des infrastructures solaires pour les zones rurales. Astria Fataki songe alors à importer des micros centrales solaires pour équiper des villages au Niger, au Mali et au Congo. Très vite, les tracasseries douanières lui ont fait prendre conscience des limites de ce modèle. La chef d’entreprise décide alors d’intégrer une société d’infrastructures solaires pour ensuite dénicher et former de jeunes porteurs d’innovations. Tel que Kevin Doé, jeune sierra-léonais qui à base de déchets de produits électroniques a construit un générateur électrique. Plusieurs partenaires institutionnels et privés soutiennent Energy génération aujourd’hui présente dans 27 pays. L’ONG dispose d’un centre de formation qui accueille pendant un an les innovateurs. Chaque année, le prix Africa Energy génération récompense les projets les plus novateurs.

    Prochaine émission

    Moussa Gongnota, Joost Van Engen et Misaki Wayengera

    Moussa Gongnota, Joost Van Engen et Misaki Wayengera
    L'Afrique en marche, les têtes d’affiche de Denise Epoté, de TV5MONDE, comme chaque dimanche, avec Assane Diop. Trois têtes d’affiche ce dimanche : Moussa Gongnota, concepteur de la méthode Florès dédiée à l'apprentissage de l'écriture.Deux innovateurs (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.