GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Janvier
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Aujourd'hui
Lundi 21 Janvier
Mardi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Ascoval: l’acier du futur a encore un avenir en France

    Employés d'Ascoval à Saint Saulve dans le Nord le 12 décembre 2018. FRANCOIS LO PRESTI / AFP

    Jour fatidique pour Ascoval, l'aciérie de Saint-Saulve, dans le nord de la France. Sauf surprise, le tribunal de Strasbourg devrait se prononcer pour la reprise de l'usine par la société franco-belge Altifort, après quatre ans de rebondissements.

    L'avenir sourit enfin aux 281 salariés d'Ascoval. Le plan du petit groupe métallurgique franco-belge Altifort (1 500 salariés, basé à Ham dans la Somme), seul repreneur en lice, a convaincu depuis la semaine dernière tous les conseillers du tribunal de grande instance de Strasbourg. L'aciérie, considérée comme un fleuron de la métallurgie française, va pouvoir maintenir allumé son four électrique.

    Soutien de Bercy

    ll y a moins de deux mois, tout semblait pourtant perdu pour Ascoval. Son ancien propriétaire et principal client, le géant français du tube sans soudure Vallourec, refusait de poursuivre ses achats d'acier pendant un an et demi, c'était pourtant la condition posée par Altifort à la reprise de l'entreprise. Mais avec le soutien in extremis du gouvernement français, Altifort a revu son plan de financement sans le soutien de Vallourec, dont les achats s'arrêteront dans un mois ou deux : 150 millions d'euros dont quelque 50 millions d'euros de fonds publics. La construction d'un laminoir à fil permettra de satisfaire de nouveaux clients.

    Usine moderne

    Ce plan avait toutes les raisons de convaincre le tribunal qu'Ascoval a un avenir, assure un proche du dossier. L'aciérie n'a besoin d'aucun investissement significatif, elle a été complètement rénovée par Vallourec avant que ce dernier ne s'en sépare, surendetté par son investissement brésilien. Ascoval fabrique de l'acier à partir de ferrailles, et cette matière secondaire est moins coûteuse en France parce qu'abondante, la France en exporte même.

    Nouveaux débouchés

    L'électricité est également moins chère que chez les concurrents allemand et suisse. Et le rendement s'est encore amélioré de 25 % avec une chasse au gaspillage depuis le début de l'année dans l'usine, pour convaincre les repreneurs. Enfin Altifort a déjà racheté des tréfileries à Arcelor et Vallourec, ce qui assure de nouveaux débouchés, les clients ont déjà manifesté leur intérêt.

    De quoi assurer la pérennité d'Ascoval, dont l'aciérie électrique est considérée comme l'avenir de la sidérurgie, basé sur le recyclage plutôt que sur la consommation de fer et de charbon.


    Sur le même sujet

    • France

      Aciérie d'Ascoval: le projet de reprise du groupe Altifort jugé «solide»

      En savoir plus

    • France

      Bras de fer entre les aciéristes Ascoval et Vallourec

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.