GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 15 Décembre
Lundi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Aluminium: Rusal fait chuter les prix en se soumettant aux exigences américaines

    Lingots d'aluminium dans une fonderie appartenant à Rusal à Krasnoyarsk (Russie) le 3 octobre 2018. REUTERS/Ilya Naymushin/File Photo

    Rusal vient d'annoncer le départ du président de son conseil d'administration. Pour le géant russe de l'aluminium, c'était l'une des conditions à la levée des sanctions américaines. Le marché du métal blanc s'attend maintenant à une offre mondiale plus abondante en 2019. Depuis cinq ans, les prix de l'aluminium sont au plus bas.

    Moins de 1 900 dollars la tonne, une faiblesse jamais vue depuis mars 2013 sur le marché de l'aluminium. Le prix du métal léger continue de dévaler les hauteurs où les sanctions américaines contre la Russie l'avaient hissé au printemps dernier. En avril 2018, l'aluminium avait grimpé à près de 2 600 dollars, son plus haut niveau depuis sept ans. Washington venait d'inscrire l'oligarque Oleg Deripaska et son groupe Rusal sur sa liste noire. Le géant russe de l'aluminium, numéro deux mondial, se voyait dérechef mis à l'écart du marché londonien des métaux, le LME craignant de subir les contrecoups des sanctions américaines. 7% de la production mondiale était mis entre parenthèses.

    Les constructeurs automobiles et les fabricants de canettes

    Cette situation lésait aussi les entreprises américaines. L'aluminium étant plus rare, les constructeurs automobiles, les fabricants de cannettes boisson, aux Etats-Unis, s'étaient retrouvés à payer plus cher leur métal, comme tous les consommateurs du monde entier. Peut-être une des raisons de la nouvelle mansuétude de Washington vis-à-vis du géant russe ? Toujours est-il que le Trésor américain a décidé de lever les sanctions contre Rusal, sous conditions : qu'Oleg Deripaska, son principal actionnaire, ne contrôle plus le groupe. Depuis plusieurs mois déjà l'oligarque très proche de Vladimir Poutine ne possède plus 70% des actions, mais moins de 45% désormais. Dernière exigence, le président du conseil d'administration Mathias Warnig, ancien haut-fonctionnaire est-allemand, très lié depuis trente ans aux entreprises russes, devait démissionner de Rusal avant la fin de l'année. Il vient d'être remplacé par un Français, Jean-Pierre Thomas, ex-député mais surtout ex-conseiller de l'ancien président Nicolas Sarkozy en matière de relations économiques franco-russes.

    200 000 tonnes d'aluminium bientôt libérées des entrepôts

    La levée des sanctions américaines contre le géant russe de l'aluminium est donc imminente. Elle devra être confirmée par un vote du Congrès américain d'ici la mi-janvier. Mais déjà, la chute des prix de l'aluminium s'amplifie. On s'attend à ce que Rusal libère de ses entrepôts 200 000 tonnes de métal blanc dans les prochaines semaines. Malgré la fermeture de nombreuses fonderies d'aluminium en Chine, le numéro un mondial, l'offre de métal pourrait ne pas être aussi déficitaire que prévu par rapport aux besoins, d'autant que la consommation risque d'être freinée par le ralentissement de l'économie mondiale, en 2019.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Allègement des sanctions américaines sur l'aluminium russe: effet Macron?

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le marché de l’aluminium ébranlé par les sanctions américaines contre Rusal

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.