GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Les généraux et les leaders de la contestation au Soudan ont formé mardi un Conseil souverain de onze membres qui dirigera le pays au cours de sa transition de trois ans et trois mois vers un pouvoir civil.

    Elections en RDC: «Nous nous attendons à un taux de participation élevé» (Céni)

    Une femme dépose son bulletin dans l'urne dans un bureau de vote de Kinshasa le 30 décembre 2018. REUTERS/Baz Ratner

    Pannes de nombreuses machines à voter, bureaux de vote illégaux, témoins exclus lors du dépouillement… les élections de dimanche 30 décembre en RDC ont été entachées de nombreux dysfonctionnements. Comment la Commission électorale nationale indépendante (Céni) réagit-elle à ces problèmes ? Sera-t-elle en mesure de communiquer les résultats provisoires dès le 6 janvier ? A quel moment les premiers chiffres de la participation seront-ils communiqués ? Entretien avec Jean-Pierre Kalamba, le rapporteur de la Céni.

    RFI : Etes-vous en mesure de nous donner des premiers chiffres en ce qui concerne la participation ?

     

    Jean-Pierre Kalamba : Nous avions commandé les machines à voter avec la possibilité d’avoir la transmission qui a été combattue. Aujourd’hui, vous vous rendez compte que tout le monde a besoin depuis hier [30 décembre] de connaître ce qui s’est passé sur le terrain alors qu’il y a un temps, on a combattu cette possibilité. Nous sommes en train de réceptionner les données, et nous nous attendons à un taux de participation élevé. Nous ne voulons pas donner des chiffres de peur de créer des polémiques. Nous attendons les éléments pour donner les tendances.

    Hier, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) se félicitait du bon déroulement du scrutin. Pourtant, certains candidats et l’Eglise catholique dénoncent de nombreux incidents à travers tout le pays ?

    Il est tout à fait normal qu’il y ait des problèmes par ci, par là. Mais l’essentiel pour la Céni est leur prise en charge (…). Nous avons tenté de réagir face à tout problème qui se posait à nous de telle façon que les uns et les autres ont voté dans les bureaux qui étaient ouverts.

    Mais quand même, parmi les incidents répertoriés, il y a eu à la fois ces bureaux de vote qui ont ouvert très en retard. Ces électeurs qui n’ont pas pu voter, et notamment à cause de dysfonctionnement de la machine à voter. Est-ce que là-dessus, vous ne vous dites pas, il y a eu quand même certains problèmes répétés de cette machine à voter ?

    Sur ce point-là, nous disons la même chose. Nous ne disons pas que nous étions dans une œuvre aussi précise qu’une fusée qui va sur la Lune. Nous disons qu’il y a eu des problèmes. Prenons par exemple à Kinhsasa et à Limete (…). Le fait d’ouvrir à 11h, à midi, à 13h n’était pas lié à des pannes de machine pour toute une commune, mais à l’absence de listes d’émargement. On a pris ça en charge, les gens ont voté. La loi congolaise dit : quand on vote à l’heure de fermeture qui était l’heure de 17h, heure locale, s’il y a encore des gens dans les files d’attente, on prend la carte du dernier jusqu’au premier de file, et tous doivent voter. [Pour comprendre ce qui se passe] chez nous, il faut connaître le comportement des gens. Regarder l’inscription des candidats, vous verrez que c’est à la Céni de dire combien [il y en a]. [Concernant] Le dépôt de dossiers des témoins, c’est toujours à la dernière minute. Ceux qui disent qu’ils n’ont pas pu voter (…) ne sont pas ceux qui étaient dans les files d’attente à 17h. Non, ce sont ceux qui étaient dans leur maison, [et qui sont arrivés à 17h pour voter]. C’est un débat qui ne fait pas avancer. L’essentiel est que ce qui a été fait, malgré les faiblesses, l’a été dans les meilleures conditions possibles.

    Mais si on revient sur ces dysfonctionnements répertoriés, l’Eglise catholique parle de plus 800 bureaux de vote qui ont ouvert dans des endroits illégaux, et notamment par exemple chez des candidats de la majorité. Est-ce que cela ne pose pas problème ?

    On n’a qu’à vous donner la liste. Nous allons tout regarder parce qu’à notre connaissance, ce n’est pas le cas.

    Pour vous, il n’y a pas eu de bureaux de vote illégaux ou du moins pas dans de cette ampleur ?

    Le centre d’inscription, qui était déjà validé par l’Eglise catholique, a fait un rapport d’observation qui ne nous a pas reproché [d’avoir mis en place] des lieux [de vote] non-indiqués. On a fait les élections en transformant des lieux. Une salle d’inscription peut devenir trois ou quatre bureaux [de vote].

    Concernant la compilation des résultats, allez-vous vous baser sur les décomptes de la machine à voter ou sur les décomptes papier ? On sent qu’il y a un certain flou sur cette question ?

    Il faut dire nos mesures d’application de la loi électorale. Et nous l’avons dit tout au long de l’exercice. C’est la machine qui a servi dans un premier temps comme imprimante. Et il a été dit, répété et noté dans nos mesures, dans nos procédures, dans la formation donnée aux uns et aux autres, qu’on procédera à un comptage manuel. Il ne s’agit pas d’un vote électronique (…), ce qui compte juridiquement, ce sont des procès-verbaux manuels (...) Donc ce n’est pas un vote électronique. Donc le dépouillement se fait avec les bulletins manuels et les procès-verbaux (…) comme en 2006 et en 2011.

    La Céni affirme pouvoir communiquer les résultats provisoires le 6 janvier au plus tard. Pensez-vous pouvoir respecter ce calendrier ?

    Nous disons que nous voulons le plus tôt possible qu’un président prête serment. Nous avons fixé sept jours. Nous y travaillons pour que nous puissions arriver à cela.


    Sur le même sujet

    • RDC

      Elections en RDC: des cas de votes forcés rapportés par des témoins

      En savoir plus

    • République démocratique du Congo

      Elections en RDC: le dépouillement se poursuit au milieu des contestations

      En savoir plus

    • Appels sur l'actualité

      [Vos réactions] RDC : au lendemain des élections 1/2

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.