GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Aujourd'hui
Lundi 26 Août
Mardi 27 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    En Géorgie, l'indépendance de l'Eglise ukrainienne échauffe les esprits

    Une réunion du Saint-Synode de l'église orthodoxe russe à Minsk le 15 octobre 2018. AFP/Igor Palkin/Patriarcat de Moscou

    La reconnaissance de l’indépendance de l’Eglise ukrainienne par le Patriarcat de Constantinople ne cesse de créer des remous dans le monde orthodoxe, alors que la Russie ne décolère pas, voyant l’Ukraine s’affranchir de sa tutelle religieuse. Ces remous sont sensibles en Géorgie par exemple, où l’Eglise orthodoxe nationale est pour le moins embarrassée.

    L’embarras en Géorgie a éclaté le 27 décembre par l’incapacité du Saint-Synode de l’Eglise géorgienne de prendre position sur l’autocéphalie de l’Eglise ukrainienne. Ce qui a filtré de la « réunion » est que les clercs géorgiens sont divisés sur cette question et qu’ils statueront sur le sujet en janvier, après la remise du « tomos », le certificat d’autocéphalie, par le patriarcat de Constantinople au chef de l’église ukrainienne.

    Quand la politique prend le pas sur le religieux

    Cette incapacité à prendre position répond à une logique politique puisque du point de vue purement religieux, il n’y a guère de raison de s’opposer à l’autocéphalie de l’Eglise ukrainienne. Il semblerait qu’il y ait deux raisons principales qui font qu’ils ne parviennent pas à décider.

    La première est que l’Eglise géorgienne est très influencée politiquement par la Russie. Bien des évêques et métropolites sont prorusses et alignés sur la position du patriarcat de Moscou, où ils ont parfois étudié. La Russie étant perçue par eux comme celle qui défend le monde orthodoxe contre l’occident libéral, catholique, forcément décadent.

    La deuxième raison est que l’Eglise géorgienne est soucieuse de ne pas heurter Moscou, et ce parce que 2 régions géorgiennes ont fait sécession, au début des années 1990 : l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud. On craint que le patriarcat de Moscou « annexe » ces 2 provinces voire, reconnaisse leur autocéphalie sachant que l’Eglise d’Abkhazie demande son indépendance. C’est le versant religieux de l'indépendance politique obtenue au terme de la guerre de 1992 - 1993.

    Une décision en suspens

    A l’heure actuelle, il est impossible de dire si l’Eglise géorgienne prendra une décision ou non. Certains estiment qu’ils vont la différer aussi longtemps que possible. C’est le Patriarche Ilia II qui devrait avoir le dernier mot, lui qui a fait rajouter en 2011 à son titre celui d’« évêque métropolite de Tskhoum-Abkhazie et de Bichvinta » alors que le patriarche russe avait la fâcheuse habitude d’oublier de mentionner l’Abkhazie parmi ses titres officiels.


    Sur le même sujet

    • Bonjour l'Europe

      En Ukraine, on fête Noël en double

      En savoir plus

    • Ukraine

      Eglise orthodoxe: l'Ukraine s'émancipe de la tutelle russe

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.