GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    De l’eau dans le désert

    Le désert d'Acatama au Chili Getty Images

    En s’inspirant des particularités biologiques des cactus, des scarabées et des herbes sèches qui réussissent à survivre sans aucune goutte d’eau dans les déserts, des chercheurs américains ont développé des capteurs biomimétiques qui récupèrent efficacement la faible vapeur d’eau contenue dans l’atmosphère des zones les plus arides du monde.

    L’eau sur notre planète, c’est la vie ! Malgré tous les progrès indéniables pour combattre les pénuries de cet or bleu vital dans les pays en surchauffe climatique, le stress hydrique concerne de plus en plus d’individus habitants dans des régions qui se transforment peu à peu en déserts arides. 

    Comment survivre sans la moindre goutte d’eau ? S’est interrogée une équipe de chercheurs de l’université de l’Ohio aux États-Unis. « Nous avons remarqué que certains organismes biologiques dans la nature le font déjà très bien : le cactus, le scarabée ou encore les herbes du désert ». Les creux sur la forme bosselée de la carapace du scarabée du désert, ont la particularité d’être  hydrophobes, c’est-à-dire repoussant l'eau, ses bosses, en revanche, qui sont hydrophiles attirent l'eau. L’insecte s’hydrate uniquement grâce aux brouillards nocturnes des déserts.

    Quand des gouttelettes se forment sur ses bosses, elles coulent par les creux de sa cuirasse, jusqu'à sa bouche. Les herbes du désert ont développé une stratégie similaire en recueillant l’eau de la condensation. Elle est acheminée par de minuscules stries verticales, de l’extrémité des tiges de la plante jusqu’aux racines. Le cactus lui, récupère le précieux liquide grâce à ses pointes acérées de forme conique, qui s’écoule alors de ses épines jusqu'à la base du végétal. 

    À l’aide d’une imprimante 3D, les chercheurs ont gravé, les configurations géométriques de ces entités biologiques sur une surface aux propriétés hydrophiles, imitant celles des scarabées. Des pointes coniques ressemblant à celles du cactus ont été ensuite disposées sur ce support. Ces épines, écartées les unes des autres, de un à deux millimètres, permettent de condenser efficacement l’eau que contient l’air nocturne. Des rainures reproduisant celles des herbes du désert transportent le liquide jusqu’à un petit réservoir. Le tout fonctionne sans apport d’énergie externe, indiquent les scientifiques.

    Cette « surface biomimétique » fortement hydrophile serait facile à fabriquer en série pour un coût de production modique. Se déclinant en différente taille, elle offre ainsi l’avantage d’une utilisation individuelle ou collective. « En utilisant des technologies bio-inspirées, nous pouvons aider à relever le défi de fournir une eau propre aux populations du monde entier », ont conclu les chercheurs. 

    Ils espèrent bientôt tester leur procédé en condition réelle dans des régions du monde où jamais plus, il ne pleut. Des pays de la soif en urgence climatique qui ont aujourd’hui un besoin vital de cette innovation.

    Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

    • Générateur hydrogène-solaire

      Générateur hydrogène-solaire

      Pour stocker l’énergie solaire sous forme d’hydrogène, des chercheurs suisses ont expérimenté un dispositif d’électrolyse qui utilise de simples cellules photovoltaïques …

    • Un colibri mécatronique

      Un colibri mécatronique

      La grande famille des créatures ailées et électromécaniques s’agrandit. Des chercheurs américains ont développé un robot-colibri piloté par un programme d’intelligence …

    • BioUrban, l’arbre robot

      BioUrban, l’arbre robot

      Une société mexicaine a mis au point un « végétal » hybride mi mécanique, mi-biologique qui a la capacité de filtrer l’air pollué dans les villes en rejetant autant d’oxygène …

    • Des nanoparticules anti-buée

      Des nanoparticules anti-buée

      Une équipe de chercheurs européens ont agencé des nanoparticules d’or et de titane pour développer un revêtement qui empêche en grande partie n’importe quelle surface …

    • Phoenix, l’avion plus léger que l'air

      Phoenix, l’avion plus léger que l'air

      Des ingénieurs du Royaume-Uni ont développé un nouveau type de machine volante hybride qui cumule à la fois les caractéristiques d’un dirigeable et celles d’un avion. …

    • Photosynthèse d’hydrocarbure

      Photosynthèse d’hydrocarbure

      Des chercheurs européens ont mis au point un générateur de combustible qui convertit le CO2, gaz à effet de serre, en carburant. Surnommé de « plante artificielle » par …

    • Sur la piste du premier synthétiseur de pensées

      Sur la piste du premier synthétiseur de pensées

      La plupart des recherches dans les laboratoires de neurosciences se concentrent sur le développement de systèmes informatiques permettant d’interfacer des cerveaux humains …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.