GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Élection de von der Leyen: «Nous pouvons être fiers de l'Europe» (Macron)
    • Élection von der Leyen: Merkel félicite une européenne «convaincue»
    • Les Etats-Unis souhaitent la poursuite du dialogue avec Pyongyang malgré sa mise en garde
    • Football: le Cameroun se sépare de Clarence Seedorf (sélectionneur) et de Patrick Kluivert (adjoint)
    • Disparition du musicien sud-africain Johnny Clegg (médias locaux)
    • Von der Leyen appelle tous les eurodéputés à travailler ensemble «de façon constructive»
    • L'Allemande Ursula von der Leyen élue de justesse à la tête de la Commission européenne
    • Achat de missiles russes: Trump insiste sur les «bonnes relations» avec Ankara
    • Taxation du numérique: Le Maire appelle le G7 à chercher une «solution internationale»
    • Trump assure qu'il ne cherche pas un «changement de régime» en Iran
    • Le projet de loi de restauration de Notre-Dame de Paris définitivement adopté au Parlement
    • UE: le groupe socialiste au Parlement appelle à soutenir Ursula von der Leyen (tweet)
    • France: les élections municipales auront lieu les 15 et 22 mars 2020
    • L'achat par la Turquie de missiles russes, une décision «mauvaise et décevante» (nouveau chef du Pentagone)

    Si tu ne peux être impartial, cède le trône aux hommes justes

    Jean-Baptiste Placca. (Photo : Claudia Mimifir)

    Et si l’église catholique congolaise était moins contre Joseph Kabila et ses partisans, que contre les injustices, et ce qui perpétuerait, aux commandes du pays potentiellement le plus riche d’Afrique, un dénuement sans nom pour ce peuple ?…

    ►Magali Lagrange : Nous voilà donc en 2019 ! Dans votre chronique, la dernière, toute en nuances, de 2018, vous insistiez sur le fait qu’en dépit de tout, l’Afrique avance. Et que pour avancer plus harmonieusement, les nations devraient avoir les mêmes valeurs, obéir aux mêmes règles. Quelles peuvent être, par exemple, les règles et les valeurs communes, qui font que les électeurs acceptent les résultats électoraux en toute confiance, au Cap-Vert ou au Botswana, alors que la méfiance semble si grande, en RDC ?

    Il n’est point indispensable que les règles soient rigoureusement les mêmes, d’un bout à l’autre du continent. Mais si les valeurs sur lesquelles se fondent ces règles sont semblables, les résultats des élections ne seraient pas source d’une telle suspicion, en RDC. Au Botswana, au Cap-Vert, au Ghana, comme dans une quinzaine d’autres pays du continent, la foi en les résultats repose sur la confiance des peuples, sinon en la probité des dirigeants, du moins en leur droiture. L’idée que ceux qui sont au pouvoir s’y accrochent si désespérément qu’ils peuvent être prêts à tout pour ne jamais le perdre donne aux populations la désagréable impression qu’elles doivent se méfier en permanence. Peut-être que la Commission électorale congolaise annoncera, en fin de compte, la victoire d’un opposant, si tel est effectivement le choix des Congolais. Mais, jusqu’à ce que cela survienne, ce peuple se méfiera. Il se méfiera d’autant plus que tout ce qui se passe dans ce pays depuis la clôture des bureaux de vote laisse perplexe, et pas que les Congolais. Aussi, les dirigeants actuels de la RDC devraient juste s’interroger sur ce qui, dans leur pratique du pouvoir, pourrait justifier une telle défiance. D’autant que ce n’est pas le seul clergé qui les suspecte de ne pas vouloir la transparence. Même l’Union Africaine, d’ordinaire si prudente, s’est départie des fioritures diplomatiques pour, à mots à peine couverts, sommer les dirigeants congolais de respecter le choix de leurs concitoyens.

    Les Nations unies aussi semblent tenir le même discours…

    Et même les Etats-Unis, le Canada, et quelques autres Etats, sans compter la société civile congolaise et continentale. Les Botswanais, les Cap-Verdiens ou les Ghanéens ne reçoivent, par exemple, jamais ce type d’injonction, parce que rien dans leur pratique du pouvoir ne justifierait une telle méfiance. Les dirigeants congolais ont beau jeu de prendre la Cenco comme bouc émissaire. Il serait tellement plus simple, pour eux, de se pencher sur les raisons qui font que tant de gens, tant de pays et d’institutions les suspectent de ne pas vouloir la transparence dans l’issue de ces élections.

    Vous ne pouvez pas vous évertuer à tenir votre peuple dans les ténèbres et vous étonner que l’opinion s’interroge sur les motivations d’un tel acharnement à vouloir couper les citoyens de leurs concitoyens, le pays des sources d’information et du reste du monde. Un pouvoir qui n’a rien à cacher ne prive pas son peuple des moyens d’information et de communication à un moment aussi crucial de son histoire, alors que se joue son destin.

    Mais comment la Cenco peut-elle connaître le nom du vainqueur ?

    Si elle le connaît, jusqu’alors, elle ne l’a pas donné. Et même pas un indice qui nous mette sur la piste du nom du vainqueur. Mais cette Cenco a fait, sur le terrain, un travail rigoureux et c’est sans doute à dessin qu’elle met en garde contre tout résultat qui serait différent du choix effectif du peuple congolais. Au-delà du fait qu’ils sont citoyens au même titre que tous les Congolais, les membres de la Cenco font partie de la frange la plus éclairée de l’opinion congolaise. Un prêtre, faut-il le rappeler, se forme en sept années, après le bac. Ils ont donc une grande capacité d’analyse, et peuvent effectivement savoir qui est le vainqueur.

    En 2012, rien qu’en regardant la télévision nationale et deux autres chaînes du paysage médiatique sénégalais, une calculette à la main, plus un bloc-note et un stylo, un observateur averti pouvait affirmer, deux heures après le début de la soirée électorale, que Macky Sall l’avait emporté. Et d’ailleurs, moins d’une demi-heure plus tard, Abdoulaye Wade lui-même téléphonait au vainqueur, pour concéder sa défaite.

    En décembre 2015, à Ouagadougou, j'ai osé un exercice similaire en direct, dans une émission organisée par un regroupement de radios du Burkina, sous l’égide, je crois, de CFI. Un acteur de la société civile, présent, a trouvé bien prétentieux de ma part d’estimer, au bout d’une heure et demi, que Roch Marc Christian Kaboré allait probablement l’emporter dès le premier tour. C'est ce qui arriva. Il suffisait juste de prendre des notes, un œil sur la carte du Burkina, avec la pondération relative aux régions considérées comme le fief de tel ou tel candidat, et l'on y arrivait. En RDC, la Cenco a fait un travail encore plus méticuleux sur un quart ou un tiers du corps électoral, ce qui lui donne largement de quoi se faire… une religion !

    Prochaine émission

    CAF: question d'image…

    CAF: question d'image…
    L’enjeu, pour la Confédération africaine de football, est qu’elle sache devenir meilleure, et ne pas juste se contenter de donner l’impression d’être meilleure. C'est fondamentalement ce que la CAF doit aux peuples africains.
    • CAF: question d'image…

      CAF: question d'image…

      L’enjeu, pour la Confédération africaine de football, est qu’elle sache devenir meilleure, et ne pas juste se contenter de donner l’impression d’être meilleure. C'est …

    • Terrorisme: le devoir de responsabilité

      Terrorisme: le devoir de responsabilité

      Ceux qui aspirent à gouverner ne sont pas obligés de mentir à leurs concitoyens juste parce qu’ils n’ont pas la patience d’attendre la fin d’un mandat octroyé par leur …

    • Xénophobie: à quoi jouent les Ivoiriens ?

      Xénophobie: à quoi jouent les Ivoiriens ?

      La Côte d'Ivoire a beau se mentir, elle ne pourra faire l'économie d'une courageuse introspection pour comprendre pourquoi et comment la nation-modèle de Félix Houphouët-Boigny, …

    • Cruel déficit de courage dans le leadership africain

      Cruel déficit de courage dans le leadership africain

      La promptitude de la réaction africaine à la suite du massacre des manifestants du sit-in à Khartoum au Soudan, suivi de l'intervention du Premier ministre éthiopien, …

    • L'union par le libre-échange?

      L'union par le libre-échange?

      À défaut de l'unité à laquelle appelait l'Osagyefo Kwame Nkrumah, l'Afrique va, à présent, s'essayer au libre-échange continental. Mais avec quelles chances de succès, …

    • Un Panafricanisme des compétences

      Un Panafricanisme des compétences

      Une réponse cinglante, en deux phrases, lui a suffi pour situer et distinguer son pays, la Côte d'Ivoire, à qui l'on reprochait alors un endettement trop lourd.

    • De la balkanisation à l'atomisation

      De la balkanisation à l'atomisation

      Qu'ont donc fait les Africains de « l'intangibilité des frontières héritées de la colonisation », le credo des pères fondateurs, à la création, en mai 1963, de ce qui …

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.