GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Janvier
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Aujourd'hui
Lundi 21 Janvier
Mardi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Makoma Lekalala et Liz Mc Daid-Arielle Ahouansou-Seydou Badian Kouyate

    Denise Epoté. © RFI/Pierre René-Worms

    Pour amorcer la nouvelle année, les Têtes d'affiche proposent un coup d'oeil dans le rétroviseur sur des figures féminines marquantes de 2018.

    D’abord, Makoma Lekalala et Liz Mc Daid, les deux activistes sud-africaines qui ont mis un coup d’arrêt à un projet d'achat par Pretoria à Moscou d'une dizaine de centrales nucléaires. Ce qui leur a valu le prix Goldman 2018 pour l'environnement. C’est avant tout la victoire de David contre Goliath car Makoma Lekalala et Liz Mc Daid ont osé durant cinq ans défier deux hommes puissants: Jacob Zuma et Vladimir Poutine, signataires d’un accord de 76 milliards de dollars pour doter le pays de centrales nucléaires. Mais c’est également l’histoire d’une belle amitié entre une noire et une blanche dans une Afrique du Sud où subsistent toujours des tensions entre communautés. Au delà des ramifications politiques et des risques courus en affrontant tour à tour celui qui a l’époque des faits était le président de la République, la compagnie nationale d’électricité et une puissance étrangère. La démarche de Makoma Lekalala et Liz Mc Daid était également une revendication qui vise à élargir la participation du public et en particulier des femmes dans la prise de décision en matière d’énergie. Aguerries par le combat qu’elles ont mené dans les années 80, les deux lauréates n’ont reculé devant rien. La victoire des deux activistes n’est pas étrangère à la chute de Jacob Zuma.

    Arielle Ahouansou, médecin et chef d'entreprise

    ►Assane Diop: Elle a choisi de quitter son cabinet médical pour fonder Kea Medicals. Une structure qui a mis au point une carte d'identité médicale grâce aux technologies innovantes.

    Arielle Ahouansou a choisi de ranger sa blouse blanche pour créer une entreprise de 15 salariés car, affirme t-elle, elle est plus utile à la tête de sa plateforme, à travers laquelle elle peut aider des millions d’africains. La carte médicale est un bracelet muni d’un QR code qui contient le dossier médical du patient. Les partenariats noués avec un groupe d’assurance et des hôpitaux équipés du logiciel, permettent au porteur du bracelet d’être rapidement pris en charge. On pourra ainsi, affirme le docteur Arielle Ahouansou, éviter les drames que vivent certains patients incapables de s’acquitter d’une facture de 5 euros. Séduit par l’initiative, le Rotary club du Bénin s’est engagé à financer l’achat des bracelets et le gouvernement devrait équiper toutes les structures hospitalières. Avec 100 000 inscrits sur la plateforme, Arielle Ahouansou ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. En proposant la solution à d’autres pays, des millions d’Africains pourraient bénéficier de cette couverture maladie.

    Hommage à Seydou Badian Kouyate, médecin malien, homme politique, compagnon de route de Modibo Keita, le père de l'indépendance du Mali

    ►Assane Diop : Ecrivain consacré, Seydou Badian Kouyate s'est éteint le 28 décembre à l’âge de 90 ans. Des obsèques nationales ont salué sa mémoire mercredi à Bamako.

    Son engagement politique sous la bannière du RDA date de l’époque où le Mali était encore le Soudan français. Son importante bibliographie avec entre autres « Sous l’orage, La Saison des pièges , La mort de Chaka, le Sang des masques » romans qui lui ont valu en 2017 le Grand Prix littéraire d’Afrique noire. Ces activités, ont fait oublier que Seydou Badian Kouyate était médecin de formation. Carrière qu’il abandonne dès 1957 pour occuper le poste de ministre du Plan. Onze ans plus tard, un coup d’Etat met un terme au régime de Modibo Keita. Et pour Seydou Badian Kouyate suivront l’arrestation, la déportation à Kidal puis l’exil à Dakar. Après son échec à la présidentielle en 1997, il décide de mettre un terme à sa carrière politique. Tout en continuant à suivre l’évolution de son pays. En 2012, il critique l’intervention française dans le nord du pays. Selon lui, elle n’a pas permis de se débarrasser des islamistes. De ce grand homme malgré sa petite taille à qui les honneurs ont été rendus sur la place de l’indépendance en présence de plusieurs délégations africaines. L’Afrique retiendra qu’il est l’auteur d’un hymne national « Pour l’Afrique et pour toi Mali » dont les paroles sont quasiment prophétiques « Nous sommes résolus de mourir. Debout femmes, jeunes et vieux pour la patrie en marche vers l’avenir radieux. Le bonheur par le labeur fera le Mali de demain. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.