GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Janvier
Lundi 14 Janvier
Mardi 15 Janvier
Mercredi 16 Janvier
Aujourd'hui
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Religlion: des pratiques très disparates selon les pays

    La plus haute statue du pape Jean-Paul II, à Czestochowa, dans le sud de la Pologne, le 13 avril 2013. Karol Józef Wojtyła est né près de Cracovie en Pologne en 1920, il est choisi en 1978 pour succéder au pape Jean-Paul Ier. © AFP/JANEK SKARZYNSKI

    C’est une tendance inexorable en Europe : la pratique religieuse recule, notamment chez les jeunes, même s’il existe encore de grandes disparités entre les pays.
    En Pologne, si 90 % des habitants se déclarent catholiques, un peu moins de 40% d’entre eux se rendent régulièrement à la messe du dimanche. La Constitution polonaise institue la liberté de culte et de conscience, mais reconnaît la religion catholique comme majoritaire. L’État polonais et le Vatican sont d’ailleurs liés par un traité, le Concordat. Financements publics, éducation des enfants, lobbying au Parlement… la religion influence toujours grandement la vie politique et sociale. Pourtant, des militants plaident pour une Pologne plus laïque. Thomas Giraudeau.

    La très catholique Croatie est le pays européen qui finance le plus le culte juste derrière la Hongrie. Aujourd'hui, l'opposition réclame une réforme rapide sur le modèle espagnol ou italien, d'autant que les caisses de l'État sont vides. Il faut dire que l'Église est un puissant relais d'influence pour la droite au pouvoir. Simon Rico.

    En Allemagne, tous les contribuables doivent indiquer leur religion. L’Etat prélève l’impôt ecclésiastique - 8 ou 9% de l’impôt sur le revenu- et le reverse aux Eglises. Une ancienne tradition qui est loin de faire l’unanimité. Déborah Berlioz.

    L’exception française. Eglise et Etat ont été strictement séparés en 1905. Deux territoires l’Alsace et la Moselle font exception car ils étaient allemands à cette époque. Après 1918, ils ont gardé leur spécificité en matière de gestion des cultes. Curés, pasteurs, rabbins sont fonctionnaires. Et tous les écoliers suivent des cours de religion ou de morale. Portrait du pasteur Christophe Kocher, agent de l'Etat. Corinne Fugler.

    Fonctionnaire de l’Etat, le pasteur luthérien Christophe Kocher à l’église Saint-Guillaume de Strasbourg. www.saint-guillaume.org

    Unique en Europe et dans le monde, les rapports entre les religions et l’Etat sont régis en France par ce qu’on appelle la loi 1905 sur la laïcité. Pour l’adapter au «nouveau paysage religieux», l’exécutif envisage de la retoucher, sans toucher à ses «grands principes».

    Dans le reste de l’Europe, les débats surgissent, et les relations entre sphère publique et sphère religieuse se complexifient. Analyse et comparatif avec Daniel Vigneron du site myeurop.info.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.