GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    En Afrique du Sud, le roi zoulou s’accroche à ses terres

    Le roi des Zoulous, Goodwill Zwelithini. (Photo d'illustration) STRINGER/AFP

    En Afrique du Sud, la Constitution devrait bientôt être modifiée, pour permettre l’expropriation sans compensation des terres, afin de gommer certaines inégalités héritées de l’apartheid. Les Blancs possèdent toujours 75% des terres dans le pays et les fermiers sont particulièrement inquiets des conséquences de cette réforme. Mais ils ne sont pas les seuls. Le puissant roi de la nation zouloue, Goodwill Zwelithini, est également farouchement opposé à la future réforme agraire. En effet, 30 % des terres de la région du KwaZulu-Natal sont enregistrées au nom de ce chef coutumier, en vertu d’un accord controversé, datant de l’apartheid. Mais le roi craint de perdre un jour la gestion de ces précieuses terres communales.

    En 1994, le gouvernement d’apartheid et son allié l’Inkahta Freedom Party, signent un accord sur la terre dans la province du KwaZulu-Natal. Cet accord acte la création de l’Ingonyama Trust, une société fiduciaire chapeautée par le roi zoulou qui gère depuis 30% des terres de la région. 24 ans après la fin de l’apartheid, le roi Goodwill Zwelithini s’accroche à ce privilège :

    « Le Président doit venir ici, et nous dire à moi et à la nation zouloue qu’il ne touchera pas à nos terres. Et nous devons signer un accord pour dire qu’ils ne prendront jamais ces terres. »

    Les terres du roi zoulou correspondent en partie aux anciens « bantoustans », les terres réservées aux noirs sous l’apartheid. Mais la gestion de l’Ingonyama Trust est ce plus en plus contestée. A Umnini par exemple, Sitembiso Ncumbe du centre de recherche sur la terre :

    « Maintenant, le conseil d’administration de l’Ingonyama Trust, demande aux gens de payer un loyer et ce loyer augmente de 10% par an. Et si ils vous expulsent, ils saisissent votre terre, et vous n’avez rien le droit d’emporter. »

    En plus de faire payer des loyers sur les terres ancestrales, le conseil d’administration de l’Ingonyama Trust est accusé de spéculation immobilière et de corruption. Mlamuli Luthuli est l’un des frères du chef local :

    « Il y a beaucoup d’acheteurs intéressés, une fois que vous êtes expulsés. Il y a beaucoup de sites touristiques et des industries implantées pas très loin. »

    Les frères Luthuli ont attaqué l’Ingonyama Trust en justice pour tenter d’établir une nouvelle gestion de leurs terres ancestrales. Amilton Luthuli :

    « En tant que propriétaires légitimes de ces terres nous voulons récupérer ce qui nous appartient. Autrefois ces terres communales étaient partagées entre tous. Il n’y avait aucun problème à cette époque. Le chômage est trop élevé ici parce que l’Ingonyama Trust s’approprie les commerces qui permettaient aux gens de vivre. »

    Fondé dans le secret durant l’apartheid, l’Ingonyama Trust pourrait être jugé anticonstitutionnel. Mais le roi zoulou reste une personnalité influente que le gouvernement hésite encore à froisser.


    Sur le même sujet

    • Cinéma / Afrique du Sud

      «Forgiven», vérité et réconciliation en Afrique du Sud

      En savoir plus

    • Afrique du Sud

      Afrique du Sud: la «nation aborigène» fait entendre sa voix

      En savoir plus

    • Afrique du Sud

      Réforme agraire en Afrique du Sud: la Chambre des provinces donne son feu vert

      En savoir plus

    Prochaine émission

    La fermeture des frontières nigérianes fait pourrir les tomates togolaises

    La fermeture des frontières nigérianes fait pourrir les tomates togolaises
    Au Togo, c’est la haute saison de la tomate, dont les principaux clients viennent du Nigeria. Mais plusieurs jours après la fermeture des frontières du pays avec ses voisins, les effets sont ressentis sur tout le corridor. Exemple avec les maraîchers (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.