GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
Aujourd'hui
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: vers une cohabitation en RDC

    Compilation dses résultats par un officiel de la Céni, à Kinshasa, le 4 janvier. REUTERS/Baz Ratner

    Contestée, son élection n’est pas encore validée, mais si elle venait à l’être, alors Félix Tshisekedi « devrait cohabiter avec un Premier ministre issu de l’actuelle majorité », pointe le site Internet du journal Le Monde, après l’annonce, effectuée ce matin par la Commission électorale nationale indépendante, des résultats provisoires des législatives.  

    « Les partis pro-Kabila dépassent le seuil des 250 sièges sur 500 au total, d’après ce décompte basé sur l’énoncé du nom des députés élus et le nom de leur parti ou regroupement politiques donné sans autre précision par la Céni », relève Le Monde.

    Résultat, si son élection comme président de la République est validée par la Cour constitutionnelle congolaise, ce résultat signifie que Félix Tshisekedi « devrait cohabiter avec un Premier ministre issu de l’actuelle majorité pro-Kabila », souligne prudemment la version en ligne du quotidien du soir.

    De son côté, le journal Les Dernières Nouvelles d’Alsace, se gardant d’entrer dans le détail de ce scrutin congolais, en tire ce matin ses leçons, avec un manifeste soulagement, en évoquant un « miracle » en RDC tout en se réjouissant qu’un pas y ait « bel et bien été franchi ».

    « Aussi imparfait soit-il, le processus démocratique est en marche dans l’ex-Zaïre, énonce Les Dernières Nouvelles d’Alsace. Un verrou psychologique a sauté. En acceptant, même en traînant les pieds […], de quitter son siège sans mettre le feu au pays, Joseph Kabila a épargné à son peuple une nouvelle crise politique et sécuritaire qui se serait rajoutée à toutes les autres, estime ce quotidien de l’extrême-est de la France. Si l’armée ne bouge pas dans les jours qui viennent et laisse la transition s’effectuer, si les supporters de Fayulu ne laissent pas leur dépit prendre le dessus, alors la RDC est peut-être en marche vers un nouveau destin. Et ça, ce serait un miracle, un vrai », énonce donc le journal Les DNA.

    L’acte IX des « gilets jaunes »

    En France, c’est aujourd’hui l’acte IX de la mobilisation des « gilets jaunes ». Avec de nouvelles craintes de débordements. « Les forces de l’ordre se préparent au pire », lance Le Figaro, qui anticipe pour cette nouvelle journée de manifestation des « gilets jaunes » une mobilisation « plus forte que la semaine dernière ».

    Alors que la journée ne fait que commencer, que, pour l’heure, tout est calme en France, le journal Le Midi Libre, ce matin, rejoue à ses lecteurs le film de science-fiction « C’est arrivé demain » en affirmant que « tout le monde sait que tout à l'heure à Paris, à Bourges, à Bordeaux ou Toulouse les casseurs vont prendre le pouvoir de la rue ».

    Et ce quotidien du sud de la France connaît déjà l’emploi du temps des Français en ce samedi, puisqu’il précise qu’ils vont « prendre place dans leur salon en allumant les chaînes infos recrachant inlassablement les batailles rangées à travers nos écrans. On s'y prépare presque tranquillement. Comme si cet acte IX restait l'animation de la semaine ».

    Voilà donc pour la palme de la préscience de la presse française ce matin. Mais il faut dire que cette tonalité alarmiste, dans les kiosques, est largement partagée. La Une du journal Le Parisien, à cet égard, est des plus explicites. On y voit, sur fond d’incendie de rue, un casseur masqué sur le point de lancer un projectile, et ce titre « pourquoi tant de violence ».

    Dans ce contexte, les autorités ont redoublé de précautions. Le dispositif sécuritaire déployé aujourd’hui en France est considérable. « Pour ce neuvième samedi consécutif de manifestations, ce dispositif, avec 80 000 policiers et gendarmes déployés en France, illustre la crainte d’une nouvelle escalade de la violence », souligne en Une Libération. « Stop ou encore ? », se demande ce journal, au sujet des violences. Car le gouvernement en anticipe un regain. Libé s’interroge également sur ce nouveau samedi de mobilisation. « Un nouveau week-end de heurts sera-t-il "celui de trop" pour les "gilets jaunes" ? »Beaucoup d’interrogations, donc, mais une chose est sûre,estime Libé, « une nouvelle séquence d’ultraviolence serait pour le chef de l’Etat le pire scénario avant le lancement officiel du "grand débat". Un week-end décidément à hauts risques pour tout le monde », prévient Libération.

    Dans ce journal, le secrétaire d’Etat Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, dit des « gilets jaunes » que ce sont des gens qui « désirent profondément un régime autoritaire ».  

    La fève du vendredi soir

    Cette nouvelle journée de mobilisation des « gilets jaunes » va en tout cas se dérouler sur fond de polémique suscitée par une petite phrase d’Emmanuel Macon. Evoquant le « sens de l’effort » à l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette des rois hier à l’Elysée, le président a dit ceci : « trop de nos concitoyens pensent qu'on peut obtenir sans que cet effort soit apporté. Parfois, on a trop souvent oublié qu'à côté des droits de chacun dans la République - et notre République n'a rien à envier à beaucoup d'autres - il y a des devoirs ».

    Il n’en fallait pas davantage pour que l’opposition s’enflamme, évoquant notamment la « boulette des rois ».

    Pour les quotidiens L'Union et l'Ardennais par exemple, « c'est reparti comme en 14 ! La petite phrase du jour, qui tombe à pic la veille de l'acte IX, est signée Macron. Encore lui. En découpant la galette des rois devant les boulangers, notre président aurait lâché que "trop de Français oublient le sens de l'effort", ou quelque chose d'approchant. Scandale sur les plateaux télé, Twitter en feu. Le président venait de se rendre coupable d'une de ces attaques caractérisées envers les "gilets jaunes", dont lui seul a le secret. "Arrogant", "méprisant", "hors sol", etc. Dans les instants qui ont suivi, Macron a été enseveli sous un déluge d'insultes », signalent ces deux quotidiens de l’est de la France. Et ils sont loin d’être les seuls.


    Sur le même sujet

    • RDC

      Législatives en RDC: les pro-Kabila revendiquent la majorité absolue

      En savoir plus

    • La Une de la presse cette semaine à Kinshasa

      A la Une de la presse à Kinshasa: un nouveau président pour la RDC

      En savoir plus

    • RDC

      RDC: la période de recours pour la présidentielle arrive à échéance

      En savoir plus

    • France

      «Gilets jaunes»: les autorités redoutent un acte IX «plus radical»

      En savoir plus

    • Accents du monde

      «Gilets jaunes»: nouvelle journée de mobilisation et de nombreuses revendications!

      En savoir plus

    • France / Emmanuel Macron

      France: «grand débat national» et lettre aux Français, Macron explique sa vision

      En savoir plus

    • France

      France: Emmanuel Macron renonce aux cérémonies de vœux à l'Elysée

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.