GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Février
Mercredi 13 Février
Jeudi 14 Février
Vendredi 15 Février
Aujourd'hui
Dimanche 17 Février
Lundi 18 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Report du scrutin au Nigeria: la Commission électorale déclare qu’il n’y a pas eu «d’interférence politique»
    • Cardinal défroqué: «signal clair» que les abus ne sont plus tolérés (évêques américains)
    • Des milliers de Kurdes défilent à Strasbourg une vingtaine d'années après l'arrestation d'Abdullah Öcalan
    • Train CDG Express: le décret approuvant le contrat de concession a été publié au Journal officiel

    L'écrivain cubain Leonardo Padura avec son éditrice française Anne-Marie Métailié

    L'écrivain cubain Leonardo Padura et son éditrice française Anne-Marie Métailié. © RFI/Fanny Renard / RFI

    A l'occasion du festival «Le Goût des autres» au Havre, dont l'écrivain cubain Leonardo est l'invité d'honneur, et des 40 ans de la maison d'édition fondée par Anne-Marie Métailié, qui a publié toute l'oeuvre du romancier né à la Havane, rencontre croisée autour du nouveau livre de Leonardo Padura «La transparence du temps» (Métailié).

    Couverture française du nouveau roman de Leonardo Padura ©Métailié

    «Alors qu’il approche de son 60ème anniversaire, Mario Conde broie du noir. Mais le coup de fil d’un ancien camarade de lycée réveille ses vieux instincts.

    Au nom de l’amitié (mais aussi contre une somme plus qu’honorable), Bobby le charge de retrouver une mystérieuse statue de la Vierge noire que lui a volée un ex-amant un peu voyou.

    Conde s’intéresse alors au milieu des marchands d’art de La Havane, découvre les mensonges et hypocrisies de tous les “gagnants” de l’ouverture cubaine, ainsi que la terrible misère de certains bidonvilles en banlieue, où survit péniblement toute une population de migrants venus de Santiago.

    Les cadavres s’accumulent et la Vierge noire s’avère plus puissante que prévu, elle a traversé les siècles et l’Histoire, protégé croisés et corsaires dans les couloirs du temps. Conde, aidé par ses amis qui lui préparent un festin d’anniversaire somptueux, se retrouve embarqué lui aussi dans un tourbillon historique qui semble répondre à l’autre définition de la révolution : celle qui ramène toujours au même point.

    Un voyage éblouissant dans le temps et dans l’histoire porté par un grand roman plein d’humour noir et de mélancolie.» (Présentation de l'éditeur)


    Sur le même sujet

    • Cuba / Culture

      Leonardo Padura, une œuvre nourrie de Cuba

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.