GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une: passation de pouvoir historique en RDC

    Felix Tshisekedi, à Kinshasa, en RDC le 10 janvier 2019. REUTERS/Olivia Acland

    « Peu importe qu’elle soit contestée, lance Politico CD, peu importe qu’elle soit loin d’être véritablement démocratique comme l’estiment une bonne partie de la communauté internationale et même des Congolais. L’élection de Félix Tshisekedi est désormais une réalité. Ce jeudi à Kinshasa, le président élu et Joseph Kabila ont rendez-vous avec l’histoire. »

    « Félix Tshisekedi, le grand jour », titre Le Potentiel. « L’ère Kabila vient de tirer sa révérence, après 18 ans d’exercice du pouvoir. Une page se ferme et une autre s’ouvre avec le président Félix Tshisekedi. » Toutefois, soupire le quotidien kinois, « la RDC reste encore un pays à reconstruire. Ni le programme des "cinq chantiers de la République", ni celui de la "Révolution de la modernité" (engagés par Kabila) ne sont arrivés à relever les nombreux défis de développement qui s’imposent au pays. Le fossé s’est davantage creusé durant ces dernières années, créant de profondes fissures sociales. Félix Tshisekedi devra inverser cette tendance en redonnant le sourire aux Congolais. La tâche ne sera pas facile. »

    Qui plus est, poursuit Le Potentiel, « avec la grande machine politique, à savoir le Front commun pour le Congo, que Joseph Kabila a mise en place l’année dernière, son ombre ne va pas se dissiper de sitôt. Ses lieutenants, en grand nombre d’ailleurs, sont encore là pour perpétuer son idéologie. Sans doute Félix Tshisekedi prendra-t-il un peu plus de temps avant d’imprimer sa marque. Ce n’est pas cependant une excuse pour poser le plus rapidement possible des actes qui rassurent. »

    La fierté de Kabila…

    Hier soir, sur les antennes de la télévision nationale, Joseph Kabila a prononcé un discours d’adieux : « Joseph Kabila quitte le pouvoir avec un sentiment de fierté, pointe le site d’information congolais Cas-Info. Celui d’avoir organisé les élections avec les moyens propres du gouvernement congolais. Le Chef de l’État l’a martelé (…). Une flamme patriotique que Joseph Kabila tient à voir Félix Tshisekedi continuer à entretenir. Et cela doit passer par une grande coalition entre le nouveau Président et le parti majoritaire à l’Assemblée nationale, a recommandé le président sortant, en position de force, grâce à l’écrasant nombre de sièges remporté par sa plateforme, le FCC, aux élections législatives du 30 décembre dernier. »

    La première transmission pacifique du pouvoir !

    Dans la presse ouest-africaine, on est partagé entre espoir et interrogations…

    « Ce jeudi 24 janvier devrait être inscrit en lettres capitales dans l’histoire de la République démocratique du Congo, s’exclame Ledjely en Guinée. Parce qu’en dépit de toutes les critiques émises ces derniers jours au sujet des élections du 30 décembre dernier, ce jour marque en quelque sorte la première transmission pacifique du pouvoir dans ce vaste pays de l’Afrique centrale. Et pour Félix Tshisekedi, au-delà de tout ce qu’on peut dire de la manière dont il hérite du pouvoir, ce devrait également être un jour mémorable. Outre l’alternance qu’il incarne, il a surtout l’occasion de réaliser le rêve que son combatif père n’aura malheureusement pas pu concrétiser, en dépit de la longue et âpre bataille qui fut la sienne. »

    Fatshi pourra-t-il vraiment habiter la fonction ?

    Pour Aujourd’hui au Burkina, beaucoup de questions… « Félix Tshisekedi sera revêtu ce jeudi de pourpre et d’hermine, les attributs présidentiels, mais possédera-t-il pour autant l’entièreté du pouvoir qui sied à un chef d’Etat ? Félix Tshisekedi aura-t-il les moyens de réformer un Etat congolais qui depuis des décennies est une coquille vide ? Dépourvu de l’armée qui reste fidèle à l’ancien pouvoir et face à une justice vermoulue et une corruption endémique, le président élu aura-t-il la latitude d’agir à sa guise ? (…) Dès aujourd’hui, prenons date, poursuit Aujourd’hui, la RD Congo a peut-être son Poutine, mais a-t-il pour autant son Medvedev ? Un président de la République qui n’a pas la main mise sur les finances, ni sur l’armée, alors que le pays a mal à son flanc Nord-Est (gangrené par des rebellions à fragmentation), ni sur le levier politique (primature et Assemblée nationale ne lui sont pas acquises) donc supportant malgré lui une cohabitation, un tel président de la République est-il réellement le n°1 du pays ? On peut en douter. D’où la question, conclut le quotidien ouagalais : Fatshi (comme il est surnommé) pourra-t-il vraiment habiter la fonction ? »


    Sur le même sujet

    • Revue de presse Afrique

      A la Une: l’Union africaine et l’Union européenne devant le fait accompli en RDC

      En savoir plus

    • Revue de presse Afrique

      A la Une: l’attaque meurtrière d’Aguelhok dans le nord Mali

      En savoir plus

    • Revue de presse Afrique

      A la Une: Félix Tshisekedi président de la RDC

      En savoir plus

    • Revue de presse Afrique

      A la Une: les doutes de l’Afrique sur la démocratie élective en RDC

      En savoir plus

    Prochaine émission

    À la Une: hommages à Ousmane Tanor Dieng

    À la Une: hommages à Ousmane Tanor Dieng
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.