GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Le franc CFA instrumentalisé dans la brouille franco-italienne

    Le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio à Rome, le 20 octobre 2018. REUTERS/Max Rossi

    Le vice-président du conseil italien Luigi Di Maio réclame des sanctions contre la France qu'il juge responsable du drame des migrants en Méditerranée. Il l'accuse d’ « appauvrir l’Afrique » avec le franc CFA, qui servirait à « financer la dette française ». Vérification faite, l’affirmation du ministre italien est fausse.

    Sans nier l’importance d’un débat sur l’évolution du régime monétaire dans la zone CFA, et la charge symbolique d’une monnaie héritage de la colonisation française,  l’affirmation selon laquelle la France aurait aujourd’hui besoin des réserves de change des banques centrales africaines pour financer sa dette ne tient pas la route, comme nous l’explique l’économiste Patrick Guillaumont, président de la FERDI, Fondation pour les études et recherches sur le développement international.


    Sur le même sujet

    • Invité Afrique

      Franc CFA: «Les accusations de l'Italie ne sont pas fausses»

      En savoir plus

    • Italie

      Tensions franco-italiennes: Matteo Salvini enfonce le clou

      En savoir plus

    • Italie / France

      Paris convoque l’ambassadrice d’Italie, Luigi Di Maio relance la charge

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.