GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Brexit: encore un vote des députés britanniques!

    La Première ministre britannique Theresa May prend la parole lors d'un débat sur son «plan B» au Brexit au Parlement, à Londres, le 29 janvier 2019. Capture d'écran. © Reuters TV via REUTERS

    A deux mois de la date fixée pour la sortie du Royaume-Uni de l’UE, jamais la confusion n’a été aussi grande. A la Chambre des Communes, les députés britanniques se prononçaient, ce mardi 29 janvier 2019, sur une série d'amendements au projet négocié par Theresa May et rejeté massivement, le 15 janvier 2019. Mais, les citoyens britanniques semblent perdus. C’est le cas à Cardiff au Pays de Galles qui avait voté le Brexit. Marie Billon.

    Le slogan «No Border, No Brexit», «Pas de frontière, pas de Brexit» sur un panneau de signalisation devant la statue de la paix «Les mains du fossé» à Londonderry, en Irlande du Nord. REUTERS/Clodagh Kilcoyne

    L’un des points de crispation, aussi bien du côté des Européens que des Britanniques, c’est le « backstop », le fameux filet de sécurité, censé éviter le retour à une frontière dure entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande. Les élus britanniques sont très divisés sur cette clause. Pas question en revanche à Bruxelles et à Dublin d’y renoncer. Il y a 20 ans, les accords du Vendredi Saint, qui mettaient fin aux violences entre républicains et unionistes en Irlande du Nord, garantissaient la suppression de la frontière entre les deux Irlande. La crainte de nouvelles tensions est grande. Myriam Baele de la RTBF s’est rendue à Londonderry, ville longtemps associée aux « troubles », comme on les appelait pudiquement.

    Un Brexit « no deal » provoque des sueurs froides en Pologne, dans le secteur des transports. 19% du total des cargaisons exportées et importées par les Britanniques sont transportés par des entreprises polonaises. Thomas Giraudeau.

    Pour le Danemark, entré dans l’Union européenne en même temps que le Royaume-Uni, le « no-deal » serait également une mauvaise nouvelle. Le Royaume se prépare déjà à gérer les conséquences économiques, politiques et sociales d’un Brexit dur, Anne-Françoise Hivert.

    Les craintes des étudiants grecs. Chaque année, environ 10 000 d’entre eux font le choix de poursuivre leurs études supérieures outre-Manche. Et ils se demandent s’ils vont pouvoir les poursuivre dans de bonnes conditions. Charlotte Stiévenard.


    Sur le même sujet

    • Royaume-Uni

      [Entretien] Brexit: quels amendements proposés aux députés britanniques?

      En savoir plus

    • Royaune-Uni / Brexit

      Brexit: les députés britanniques vont tenter de reprendre la main

      En savoir plus

    • Royaume-Uni

      Brexit: les entreprises britanniques bientôt privées de leur nom de domaine en «.eu»

      En savoir plus

    • Bonjour l'Europe

      A deux mois du Brexit, les inquiétudes de l'Irlande

      En savoir plus

    • Irlande/ Brexit / Royaume-Uni

      Irlande: manifestation anti-Brexit à la frontière

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.