GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Juin 2019, mois de juin le plus chaud sur Terre depuis 140 ans (National Oceanic and Atmospheric Administration)
    • «Renvoyez-la!»: Trump dit désapprouver les slogans scandés à son meeting
    • Iran: Rohani appelle Macron à «intensifier» les efforts pour sauver l'accord nucléaire
    • Washington demande à l'Arabie saoudite de libérer le blogueur Raef Badaoui (Pence)
    • Les États-Unis vont pousser pour la liberté religieuse en Corée du Nord (Pence)
    • Sanctions américaines contre des dirigeants de milices liées à l'Iran en Irak (Mike Pence)
    • Tour de France 2019: Simon Yates s'impose dans la 12e étape, Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune
    • Maroc: trois hommes condamnés à la peine de mort pour l'assassinat de deux Scandinaves

    Elections en Guinée: «La bonne volonté du gouvernement est assez claire»

    Une rue de Conakry. RFI/Carol Valade

    Après Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition, c’est Kiridi Bangoura, ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence et porte-parole de la présidence, qui répond aux questions de Carine Frenk.

    RFI : Les législatives auront-elles lieu cette année en Guinée ?

    Kiridi Bangoura : C’est la Commission électorale nationale indépendante qui fixe le calendrier électoral en Guinée. Cette Céni est constituée de façon paritaire par l’opposition et la majorité. Il y a un constat qui a été fait par les acteurs politiques, il y a quelque temps et lors du dialogue politique. Et les recommandations issues de l’audit du fichier doivent être implémentées pour que les élections puissent se tenir dans les meilleures conditions possible. C’est à la suite de cela que la Céni pourra techniquement proposer un calendrier électoral.

    « Tout se fait en fonction des agendas cachés du président Alpha Condé », a déclaré ce mardi sur notre antenne l’opposant Cellou Dalein Diallo. Que répondez-vous ?

    Le chef de file de l’opposition sait très bien qu’il n’y a pas d’agenda caché. Le seul agenda, c’est l’agenda républicain. Le chef de l’Etat n’a rien à voir quant à la fixation de la date des élections. L’obligation lui est faite chaque fois que la Céni lui propose une date, de prendre un décret pour avancer.

    Le report des législatives va-t-il entraîner un report de la présidentielle de 2020 ?

    Quand vous êtes dans une programmation du réel, vous vous occupez des problèmes qui se posent à vous concrètement. Il y a un glissement, c’est vrai. Un constat a été fait qu’on ne peut pas tenir les élections législatives à date, mais si tout se passe bien, les élections auront lieu cette année. Et on doit poursuivre le déroulé du calendrier républicain en Guinée.

    Est-il envisageable de coupler les législatives et la présidentielle ?

    Je ne suis pas membre de la Céni, et le gouvernement non plus n’est pas membre de la Céni. Mais c’est la Céni qui propose le calendrier électoral dans notre pays. La bonne volonté du gouvernement est sincèrement assez claire et chaque fois que la Céni va demander au gouvernement de disposer d’un moyen budgétaire nécessaire pour l’organisation des élections, le gouvernement sera au rendez-vous. Et de ce côté-là, les choses sont excessivement claires.

    Le président Alpha Condé veut-il se représenter pour un troisième mandat ?

    Le président a tellement à faire. Le taux de prévenance du paludisme dans notre pays vient de passer de 45% à 15%. Le président est dans le concret. Il est auprès des populations. Il est auprès des paysans. Il est auprès des jeunes et des femmes pour réaliser le projet de développement national et aider chacun, et chaque catégorie à participer à ce Plan national de développement économique et social. Cela le préoccupe énormément. Je crois qu’il a assez à faire et le mandat est totalement ouvert pour lui. Je ne sais pas pourquoi nous allons basculer artificiellement dans une discussion concernant le président de la République.

    Mais le pouvoir entretient l’ambiguïté. Vous le reconnaissez tout de même ?

    Est-ce que vous connaissez l’équivalent en Europe d’un chef d’Etat qui discuterait avant la fin de son mandat de la fin de son mandat ? Je ne sais pas pourquoi nous allons toujours être traités de façon un peu particulière, excusez-moi je ne suis pas susceptible. Mais c’est important de signaler cela quand même. C’est curieux qu’en 2019, au lieu de s’occuper des législatives et du développement, au lieu de travailler sur cela, nous sommes encore en train de discuter d’un problème qui n’existe pas pour l’instant. Le président est à la tâche au milieu des populations pour faire avancer notre pays.

    Mais pourquoi ne se prononce-t-il pas clairement ?

    La Constitution guinéenne ne prévoit nullement que le président dût répondre à cette question à cette date. Il y a une mission qui est confiée au chef de l’Etat. Pour le moment, il estime qu’il doit mettre toute son énergie dans l’accomplissement de cette mission.

    Et, vous souhaitez qu’il puisse rester afin de continuer le travail entamé ?

    J’entends beaucoup des Guinéens le dire. J’entends d’autres Guinéens qui ont d’autres opinions. C’est ça la démocratie. Il faut que nous acceptions que le débat soit le maître mot de la démocratie. Il ne s’agit pas seulement de rester dans l’observation statique des institutions. Il faut laisser le débat, permettre aux opinions de s’exprimer.

    Donc vous reconnaissez qu’il y a un débat ?

    Il y a un débat en Guinée actuellement sur la Constitution, sur les institutions, sur l’organisation de l’Etat au niveau du territoire. Est-ce qu’il faut plus de décentralisation, moins de décentralisation ? Il y a un débat très intéressant actuellement sur la codification plus forte des questions environnementales, de la place des femmes dans la vie politique parce qu’il y a les femmes qui se posent la question sur l’égalité doit être formelle ou si des contraintes de quotas doivent assurer pleinement leur expression, ce débat-là existe. Et tous ces débats trouvent leur achèvement à un moment donné dans le texte fondamental du pays.

    Une nouvelle République permettrait au chef de l’Etat de se représenter ?

    Est-ce que vous êtes d’accord avec moi que le souverain premier, c’est le peuple ? Si le peuple décide un jour qu’il y a une nouvelle République, on en parlera. Ni moi ni vous ni Cellou Dalein Diallo ni le président de la République ne peuvent décider à la place du peuple de Guinée.

    Selon certaines informations, un texte de réformes de la Constitution serait déjà prêt. C’est faux selon vous ?

    (rires) Si certains sont plus forts que des volontaires que des citoyens éclairés qui débattent actuellement pour la réforme de la Constitution guinéenne, c’est leur affaire, c’est leur contribution aussi. Je n’ai jamais entendu parler de cela.

    Une réforme pourrait entraîner des violences ?

    Nous sommes tous derrière le président de la République, sur le chantier du développement de la démocratie et de l’unité nationale. Ce qui est important justement pour éviter le pire, c’est de continuer tous à jouir et surtout à observer les devoirs que l’Etat de droit nous impose. La Céni est en place, il faut que nous nous engagions tous à ce que cette Céni rapidement propose un chronogramme électoral au pays. Il y a du travail concret à faire pour préparer les élections législatives à venir. Il faut que les partis politiques, la société civile, les citoyens guinéens s’engagent tous dans ce processus-là.


    Sur le même sujet

    • Invité Afrique

      «Les Guinéens refuseront qu'Alpha Condé s'offre un 3e mandat»

      En savoir plus

    • Guinée / Russie

      En Guinée, le discours-choc de l’ambassadeur russe ne passe pas inaperçu

      En savoir plus

    • Guinée

      Guinée: Alpha Condé veut revenir sur la légalisation de la polygamie

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Dangbet Zakinet: «L'impact de Boko Haram est énorme» sur la région du lac Tchad

    Dangbet Zakinet: «L'impact de Boko Haram est énorme» sur la région du lac Tchad
    Les huit gouverneurs des zones les plus touchées par l’insurrection de Boko Haram se réunissent à Niamey pendant deux jours pour lancer officiellement un plan de financement pour stabiliser la région du lac Tchad, confronté à l'assèchementet à une bataille (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.