GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot/Euro-2020: la France, déjà qualifiée, peine mais bat la Moldavie (2-1) et prend la tête du groupe H
    • Éliminatoires CAN 2021: match nul entre le Mali et la Guinée, 2-2, dans le groupe A
    • Éliminatoires CAN 2021: l'Algérie, championne d'Afrique en titre, corrige la Zambie, 5-0
    • Éliminatoires CAN 2021: la RDC tenue en échec par le Gabon à domicile, 0-0
    • Climat: la BEI va «arrêter de financer les projets liés aux énergies fossiles après 2021» (officiel)
    • Jihadistes détenus en Syrie: Washington juge «irresponsable» de demander à l'Irak de les juger (responsable)
    • Le Sénat rejette le projet de budget de la Sécu pour protester contre le «mépris» de Macron
    • Foot: la France qualifiée pour l'Euro 2020 après le match nul entre la Turquie et l'Islande (0-0)
    • Éliminatoires CAN 2021: les Comores gagnent au Togo (1-0), le Kenya tient l’Égypte en échec (1-1) dans le groupe G.
    • Fusillade dans un lycée près de Los Angeles: deux des victimes sont décédées, le suspect interpellé

    A la Une: le Brexit dans l’impasse

    La Première ministre britannique Theresa May lors du débat devant le Parlement, le mardi 29 janvier 2019, à Londres. REUTERS

    « C’est un retour à la case départ pour les Vingt-Sept, soupire Le Figaro. Après le vote des Communes, les dirigeants européens s’apprêtent désormais à voir Theresa May et ses négociateurs revenir à Bruxelles dans les prochains jours pour réclamer formellement une renégociation du “backstop”. Cette nouvelle démarche répond à l’amendement qui a permis mardi soir de dégager   enfin   une majorité à Westminster. »

    Seulement voilà, pointe Le Figaro, « cette perspective ne suscite aucun enthousiasme ni à la Commission, ni au Conseil ni parmi les Vingt-Sept. Comment pourrait-il en être autrement sachant que ce fameux “backstop”, ce filet de sécurité destiné, en ultime recours, à éviter la réapparition d’une frontière dure entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande a déjà donné lieu à d’interminables discussions entre Bruxelles et Londres ? »

    Les Vingt-Sept ne cachent pas leur lassitude, donc. Pas question pour eux de renégocier ce qui l’a déjà été… Et Le Figaro de s’interroger : « comment sortir de l’impasse ? Dans l’absolu, un report éventuel de la sortie du Royaume-Uni permettrait de donner un peu d’oxygène aux deux parties. » Mais les dirigeants européens n’y sont guère favorables.

    Interrogée par Libération, la ministre française des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, reste ferme : « rouvrir l’accord de retrait comme le suggèrent les parlementaires britanniques n’est pas possible, car c’est rouvrir une négociation qui a déjà duré dix-huit mois. [...] Il n’y a aucune raison de penser qu’on referait en quelques semaines quelque chose qui nous a déjà pris deux ans. »

    Et dans la presse quotidienne régionale, on s’agace des atermoiements britanniques…

    « Si au 10 Downing Street, on s’imagine pouvoir engager un bras de fer avec Bruxelles pour faire céder les autres capitales, on se trompe assurément, s’exclame L’Union. L’optimisme de la presse anglaise contraste avec la fermeté affichée par des partenaires qui ne veulent plus revenir sur les conditions d’un divorce acté au terme d’âpres négociations. Le monde imaginaire dans lequel campent les brexiters peut mener au chaos. »

    La Presse de la Manche renchérit : « L’Union européenne a prévenu depuis le début, et réaffirmé que la négociation, sérieuse et approfondie, a eu lieu, qu’un accord a été trouvé et qu’il n’y en aura pas d’autres. S’il s’agit de revoir un aspect mineur, sans réelle nouvelle concession, et juste pour sauver Mme May d’un fiasco public, il pourra y avoir un accommodement avec le ciel. Mais, dit Bruxelles, l’accord obtenu ne sera pas renégocié. Londres voudrait garder les avantages de l’Union sans en assumer les contraintes. Ce n’est pas possible. »

    A la Une également, une autre partie de bras de fer, celle qui oppose Nicolas Maduro et Juan Guaido au Venezuela…

    « Le leader chaviste propose des législatives, constate Le Figaro, mais refuse d’organiser la présidentielle exigée par l’opposition et son jeune leader. »

    Le bras de fer se poursuit, donc. Mais il devrait tourner à l’avantage de Juan Guaido.

    Car, « le chavisme est déjà mort au Venezuela, analyse La Croix. Ce populisme de gauche incarné par une personnalité hors du commun, Hugo Chavez, n’a pas survécu à la mort de son démiurge, en mars 2013. Choisi au sein de la nomenklatura civilo-militaire, son successeur Nicolas Maduro n’était pas de taille, estime le quotidien catholique, à prolonger durablement un système économique et social fondé sur la captation et la redistribution de la manne pétrolière. [...] Il restait toutefois le seul capitaine à bord d’un pays faisant naufrage, jusqu’à ce qu’un rival, le jeune président du Parlement Juan Guaido, lui conteste mercredi 23 janvier la présidence de la République en s’appuyant sur un article de la Constitution. Ce duel inédit semble l’occasion idéale pour organiser un nouveau scrutin et enrayer l’effondrement vertigineux du pays, estime La Croix. Mais il ne faut pas que la chute   souhaitable   du régime s’effectue dans la violence. L’enjeu est d’organiser une transition à laquelle devra se prêter au moins une partie de l’appareil militaire. »

    Justement, remarque Ouest France, « l’armée va jouer un rôle clef. Et dans l’établissement de sa dictature, Nicolas Maduro a pris soin ces dernières années de donner des gages économiques à ses généraux. Un peu à la cubaine. Ce qui explique l’absence, pour l’heure, de   basculement des hauts gradés en faveur de Guaido. Mais la situation est mouvante, pointe Ouest France, y compris chez les militaires. Et les pressions américaines très puissantes. Ce qui augmente les risques de dérapages violents. Alors que la grande majorité des Vénézuéliens ne veut ni d’une intervention étrangère ni d’une guerre civile. »

    Enfin à lire dans Libération ce reportage sur le parti d’extrême-droite qui monte en Espagne : « Vox qui surfe sur sa percée électorale en Andalousie et qui entend peser lors des échéances européennes et locales de mai. [...] Parti de l’ultradroite créé en décembre 2013, Vox émerge au grand jour, relate Libération. Jusqu’à récemment, c’était une formation confidentielle, sans aucune représentation parlementaire, méprisée par les médias et l’ensemble du spectre politique. A l’image d’un pays qui, après quarante ans de dictature franquiste, ne veut plus rien savoir des slogans nationaux-catholiques. »

    Pourtant, poursuit le journal, « aux élections de décembre (en Andalousie), Vox a obtenu contre toute attente près de 400 000 voix et douze sièges, un résultat historique [...]. Depuis, souligne Libération, dirigeants et commentateurs politiques de tous bords ont une seule question en tête : faut-il craindre l’expansion du “phénomène Vox” dans le reste du pays ? Sur la base des enquêtes d’opinion, beaucoup pensent que dans des régions clés comme celles de Madrid ou Valence, le parti ultra ferait un score semblable. Chez Vox, on estime que, partout dans le pays, le parti peut faire pencher la balance à droite et détenir la clé de toute alliance au pouvoir. Pour ses dirigeants, le temps presse pour en avoir le cœur net : en mai, ont lieu les décisives élections européennes, régionales et municipales. D’où le fait, conclut Libération, que Vox, fort de son nouveau pouvoir de nuisance et de son impact médiatique, cherche à s’installer et conquérir les territoires vierges, c’est-à-dire quasiment tout le pays. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.