GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Février
Vendredi 15 Février
Samedi 16 Février
Dimanche 17 Février
Aujourd'hui
Mardi 19 Février
Mercredi 20 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Pologne n'ira pas au sommet du groupe de Visegrad en Israël
    • Procès Mehdi Nemmouche à Bruxelles: procès interrompu, un juré entendu par la police
    • Paris ne voit «aucune raison» de s'opposer à une extradition de «terroristes» réclamés par l'Italie (ministre)
    • Royaume-Uni: sept députés annoncent démissionner du Parti travailliste en raison du Brexit et de l'antisémitisme
    • Les Kurdes syriens souhaitent la mise en place d'une force internationale face à la Turquie (responsable kurde à l'AFP)
    • «Fake news»: Facebook a été qualifié de «gangster numérique» par les parlementaires britanniques
    • Quatre militaires indiens ont été tués dans une fusillade au Cachemire (police)
    • Berlin juge «extrêmement difficile» un rapatriement des jihadistes européens, a déclaré Heiko Maas sur l'ARD

    Le Burkina Faso à l'origine de la Journée mondiale des légumineuses

    Les légumineuses ont des débouchés croissants. ©Wolfgang Kaehler/Getty Images

    Lentilles, pois chiches et haricots secs... Dimanche sera célébrée la première Journée mondiale des légumineuses, fixée au 10 février. Ainsi en ont décidé les Nations unies, sur proposition d'un pays africain désireux de développer cette filière, le Burkina Faso.

    Niebe et voandzou - aussi appelé pois de terre - seront à l'honneur les 10 et 11 février au Burkina Faso. Le pays sahélien est à l'origine de la Journée mondiale des Nations unies dédiées à cette famille de cultures, les légumineuses. Sources de protéines, de vitamines et d'oligo-éléments dans l'alimentation, elles permettent aussi de fixer l'azote dans les sols, ce qui les rend plus fertiles. Elles peuvent aussi « renforcer les sources de revenus et les moyens d'existence des ménages ruraux », espèrent les autorités burkinabè citées par la presse locale. Si l'on flèche les financements vers ces cultures.

    Pois chiche le plus prometteur

    Les légumineuses ont des débouchés croissants. Dans les pays en développement, pour assurer la sécurité nutritionnelle, là où les protéines animales ne sont pas accessibles. Et dans les pays occidentaux, où l'on mange moins de viande et de produits laitiers, pour des raisons d'environnement et de santé. Le Salon international de l'alimentation (SIAL) près de Paris l'a prouvé en fin d'année dernière, avec deux fois plus de produits innovants à base de lentilles, fèves et autres pois secs. Le pois chiche est au niveau mondial promis au plus grand développement.

    L'Inde oriente les prix

    Pourtant les prix des pois et lentilles ont connu un déclin l'an dernier. Le marché est dirigé par l'Inde, premier pays consommateur au monde. Jusqu'à présent elle importait des légumineuses du Canada, d'Australie, de Birmanie, de Tanzanie ou du Mozambique. Mais les subventions aux cultivateurs indiens conjuguées à une très belle mousson l'an dernier ont conduit l'Inde à l'autosuffisance (une production en hausse de 45%, à près de 24 millions de tonnes) et même à des excédents. Fait exceptionnel, le géant sud-asiatique a fermé ses frontières, d'où le fléchissement des prix. Les excédents indiens devraient cependant diminuer cette année, pronostiquent les analystes de Rabobank. Le temps plus sec a déjà réduit les surfaces, on s'attend à une production en baisse de 7 à 8%. L'Inde devrait donc revenir aux achats, l'année même où le Canada et l'Australie, deux de ses fournisseurs, connaissent une sécheresse.

    Recherche variétale

    Le réchauffement climatique est pour ces cultures un vrai défi. Il va falloir trouver des variétés plus résistantes et à période végétative plus courte, pour préserver les rendements de ces protéines végétales, sur lesquelles on compte, à long terme, pour nourrir les humains.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.