GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 26 Avril
Samedi 27 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Pour Freedom House, la Serbie n'est plus une démocratie

    Le président serbe Aleksandar Vučić, lors d'une conférence de presse donnée à Belgrade, le 17 janvier 2019. AFP/Andrej Isakovic

    Pour la première fois depuis quinze ans, la Serbie n’est plus considérée comme une démocratie par l’Organisation d’observation de la démocratie Freedom House. Le niveau de démocratie était en baisse depuis 2014 en Serbie, mais cette année la baisse fait basculer le pays dans la liste peu enviable des Etats partiellement libres.

    La démocratie se détériore en Serbie depuis bientôt cinq ans selon l’ONG américaine Freedom House. Cette ONG lie cette dégradation à l’arrivée au pouvoir, d’abord en tant que Premier ministre, puis à la fonction présidentielle, d’Aleksandar Vucic, un ancien leader nationaliste reconverti en « pro-européen ». Depuis son arrivée au pouvoir, la liberté de la presse est en baisse constante et le nombre des attaques contre les journalistes est en augmentation. La société civile a aussi perdu de l’influence dans le débat public.

    Par ailleurs, la qualité de la gouvernance, aussi bien au niveau national que local, s’est détériorée. Les campagnes de diffamation contre les opposants sont régulières dans une partie de la presse contrôlée par le régime. La Serbie reste un relatif bon élève dans les Balkans, mais surtout parce que les autres pays de la région n’étaient pas pour la plupart considérés comme complètement démocratiques. Le rapport de l’ONG décrit une politique gouvernementale à tendance autoritaire, destinée avant tout à renforcer le pouvoir du parti du président Vucic, le Parti progressiste serbe.

    Des désaccords en nombre

    La première réaction est venue de la Première ministre, Ana Brnabic, qui a affirmé partout où elle le pouvait son désaccord avec les conclusions du rapport. Selon Ana Brnabic, le rapport n’est pas objectif et la Serbie est aujourd’hui un pays plus libre qu’il y a quelques années. L’autre réaction gouvernementale est venue de la ministre de la Justice, Nela Kuburovic, qui relativise la portée du rapport de Freedom House, qui doit, selon elle, être lu en entier avant de conclure. Elle rappelle aussi que son ministère a soutenu plusieurs lois en faveur de l’état de droit.

    Seul, le centre belgradois pour les droits de l’homme, par l’intermédiaire de sa présidente Vesna Petrovic, a réagi dans les médias. Pour cette activiste des droits humains, de nombreuses organisations non gouvernementales continuent leur travail en Serbie, pour la démocratie, l’éducation, l’écologie... mais ces organisations n’ont plus d’interlocuteur au gouvernement, qui les ignore. Mais au-delà des diverses réactions, notons que la Serbie connaît ses plus grandes manifestations de protestation contre le pouvoir depuis le 5 octobre 2000, puisque dans des dizaines de villes, dont bien sûr Belgrade, les manifestations hebdomadaires justement contre les travers du pouvoir du président Aleksandar Vucic, rassemblent de plus en plus de monde.


    Sur le même sujet

    • Serbie

      A Belgrade, plus de 20 000 manifestants contre le gouvernement Vucic

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      Psychiatrie, la grande malade de la médecine

      En savoir plus

    • Serbie

      Serbie: la contestation contre le président Vucic ne s'essouffle pas

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.