GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Crimée, Ossétie du Sud... jeux de pouvoir de Moscou

    Le président russe Vladimir Poutine et le président de la région séparatiste géorgienne d'Ossétie du Sud, Leonid Tibilov, au Kremlin à Moscou, le 18 Mars 2015. REUTERS/Maxim Shipenkov/Pool

    Les relations entre la Géorgie et la Russie demeurent compliquées. Notamment autour des deux provinces séparatistes de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, qui ont fait sécession au début des années 1990 avec l’énorme soutien de Moscou. Moscou qui a finalement reconnu leur « indépendance » au terme de la guerre russo-géorgienne de 2008.

    Les tensions sont permanentes, parce que ces territoires séparatistes sont d’abord des outils géopolitiques que la Russie utilise pour faire pression sur la trop pro-occidentale Géorgie qui fait tout pour se rapprocher de l’Europe et de l’Otan. Il faut bien voir que l’Ossétie du Sud, où se concentrent surtout les tensions depuis 2008, n’est grande que comme un département français et habitée par près de 15 000 habitants auxquels il faut ajouter 3 500 soldats et garde-frontières déployés par la Russie. Ce n’est presque qu’une zone de garnison. Dernièrement, les « soi-disant » autorités Ossètes du Sud ont décidé que des villages géorgiens, même habités par une minorité d'Ossètes, devaient leur revenir.

    L’avenir échappe aux Ossètes

    Chacun sait que les Ossètes ne décident de rien. Chacun comprend que cela est téléguidé par la Russie. Le « soi-disant » ministre des Affaires étrangères de l’Ossétie du Sud donne des interviews au cours desquelles il réclame tels ou tels villages, vallées, etc. tandis que récemment, sur les pistes de ski de Gudauri, la grande station géorgienne aux portes de l’Ossétie du Sud, des individus ont brandi le drapeau ossète. Un acte de revendication politique vu comme une provocation.

    Des pressions permanentes

    Après la guerre de 2008 et la reconnaissance des deux provinces séparatistes géorgiennes, Moscou a décidé unilatéralement de ce que devait être la « frontière » avec le reste de la Géorgie, en s’appuyant sur de vieilles cartes soviétiques, lorsque l’Ossétie du Sud était une région autonome de la République soviétique de Géorgie. Régulièrement, les garde-frontières russes matérialisent cette « frontière » en posant des barbelés, ce qui provoque à chaque fois de l’émoi en Géorgie… Le tout se déroulant devant l’objectif des caméras de télévision par lesquelles les Géorgiens voient leur territoire réduit par petit bout, sans pouvoir réagir.


    Sur le même sujet

    • Bonjour l'Europe

      En Géorgie, l'indépendance de l'Eglise ukrainienne échauffe les esprits

      En savoir plus

    • Accents du monde

      Ukraine: le président Porochenko demande la protection de l'OTAN face à la Russie

      En savoir plus

    • Géorgie / Russie

      Dix ans après la guerre, la Géorgie condamne l’occupation russe

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.