GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le géant minier Glencore veut plafonner sa production de charbon

    Siège social de Glencore à Baar près de Zurich en Suisse. Reuters/Christian Hartmann

    L’annonce a de quoi surprendre de la part du premier exportateur mondial de charbon : Glencore va désormais plafonner sa production, pour, explique son PDG, limiter la hausse des températures de la planète.

    Le géant suisse des mines et du négoce serait-il devenu écolo ? Glencore s’engage en effet à limiter sa production de charbon, alors qu’il en est le premier exportateur au monde, et l’un des premiers producteurs hors de Chine.

    Le PDG du groupe en a fait l’annonce lui-même. Glencore mettra désormais l’accent sur les matières premières nécessaires à la transition énergétique et des transports : le cuivre, le cobalt, le nickel, le vanadium et le zinc. « C’est la clé, estime Ivan Glasenberg, pour une réponse mondiale au risque grandissant posé par le changement climatique. »

    Tiers des profits

    La mutation de Glencore vis-à-vis du charbon peut sembler étonnante. Le groupe a récemment acquis deux mines australiennes auprès de Rio Tinto qui souhaitait totalement se désengager de cette ressource. Le charbon a constitué pour le groupe suisse un tiers de ses profits opérationnels l’an dernier.

    Pression des actionnaires

    Mais la pression des investisseurs opposés à cette source d’énergie devenait trop forte. La mobilisation en particulier de l’initiative « Climate action 100+ », quelque 300 investisseurs menés par l’Eglise d’Angleterre, menaçait de fragiliser davantage l’action en bourse de Glencore, déjà fortement ébranlée l’an dernier par une affaire de corruption et les problèmes en République démocratique du Congo.

    Annonce haussière pour les prix ?

    Glencore ne se retire pas pour autant du charbon, loin de là. Le groupe plafonne sa production à un niveau record, 145 millions de tonnes. Et son annonce pourrait même être très profitable à ses affaires : le signal est envoyé au marché que l’offre de charbon va se tendre, en particulier sur le segment à haut pouvoir calorifique, dans lequel s’est renforcé Glencore. Ce qui pourrait favoriser un maintien à un niveau élevé des prix ce combustible, qui reste à ce jour la première source d’électricité au monde, en particulier dans les pays d’Asie. L’Inde et le Bangladesh continuant d’acheter toujours plus de charbon.


    Sur le même sujet

    • C'est pas du vent

      Charbon: une addiction mondiale ravageuse

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Russie: parier sur le charbon, pari risqué ou calculé?

      En savoir plus

    • France

      Le magnat tchèque Kretinsky à la conquête des centrales à charbon françaises

      En savoir plus

    • Allemagne

      L’Allemagne ferme sa dernière mine de charbon encore active

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.