GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une : au Sénégal, le camp présidentiel crie victoire

    Un électeur sénégalais montre les différents bulletins de vote pour les cinq candidats à la présidentielle sénégalaise, le 24 février 2019 à Dakar. Carmen Abd Ali / AFP

    Les propos du Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, sont repris et commentés en boucle par tous les médias sénégalais. A l’instar du site d’information Seneweb qui rapporte donc que « Mahammed Boun Abdallah Dionne a annoncé hier soir, quelques heures après la fermeture des bureaux de vote, que le candidat Macky Sall avait gagné la présidentielle au premier tour avec 'au moins un taux de 57%'. Le chef du gouvernement, qui disait parler au nom du Président sortant, a précisé que ce dernier avait remporté l'élection dans 13 des 14 régions du Sénégal. »

    Des propos qui ont aussitôt fait grincer les plumes des commentateurs…

    « Hold-up rampant ! », s’exclame ainsi Seneplus. « Alors que le dépouillement des résultats n’est pas achevé, au nom de quelle vérité et légitimité, le Premier ministre s’autorise-t-il des verdicts qui ne relèvent absolument pas de ses compétences ? », s’interroge le site.

    « Une déclaration aux relents de forcing, renchérit Walf, que Macky Sall aurait dû faire et qui a finalement été dévolue à son fusible autoproclamé. Seulement, Mahammed Boun Abdallah Dionne n’a enthousiasmé personne, estime le quotidien sénégalais, y compris ses camarades de Benno Bokk Yaakaar. En effet, avec 57 %, les tenants du pouvoir devraient en ce moment être en train de jubiler un peu partout dans Dakar. Mais, relève encore Walf, comme si les chiffres avancés par Mahammed Boun Abdallah Dionne les avaient glacés, les 'apéristes' et les alliés n’ont manifesté aucune joie. Bien au contraire, un silence de cimetière a accueilli l’annonce de sa 'victoire' qui reste encore à démontrer. »

    Une volonté de changement ?

    En tout cas, selon des résultats partiels annoncés par les uns et les autres, Macky Sall serait en tête du scrutin, suivi, au coude-à-coude, d’Idrissa Seck et d’Ousmane Sonko.

    « Macky Sall crie victoire… L’opposition réclame un second tour », résume en Une le quotidien Enquête.

    Pour Dakar Actu, « le vainqueur (probable) Macky Sall est aussi esquinté que les vaincus… (…) Les bons et honorables scores obtenus par Idrissa Seck et par Ousmane Sonko en disent long. Le message chiffré des votants exprime rageusement un mécontentement, estime Dakar Actu, et reflète agressivement une baisse drastique de la popularité du Président sortant à l’échelle du pays. Une réalité que Macky Sall doit affronter avec les yeux et le cerveau. (…) Ce scrutin devra amorcer un tournant dans la gouvernance en cours depuis 2012. Le peuple a voté avec ses tripes. Moins de 60% des voix consacrent la coupure du pays en deux parts presque égales. Ce pourcentage est aussi l’épure d’une volonté populaire de changement. »

    Contentieux électoral ? Coup KO ?

    Dans la presse de la sous-région, on scrute avec attention cette présidentielle…

    Ledjely n’est guère optimiste : « en lieu et place du traditionnel coup de fil du perdant pour féliciter le vainqueur, c’est plutôt le schéma d’un contentieux électoral qui se dessine, affirme le site guinéen. Parce qu’en lieu et place d’un résultat consensuel et accepté de toutes les parties, c’est de tendances contradictoires qu’il faudra se contenter pour l’instant. Bref, sans attendre de savoir ce qui peut en résulter, on a déjà tous les signes d’un recul. Un recul par rapport à une image qui a longtemps fait de nos voisins sénégalais une référence sous-régionale et au-delà. »

    Enfin L’Observateur Paalga au Burkina s’interroge : « Macky Sall et sa coalition, Benno Bokk Yaakaar, feront-ils le 'coup K.O' ? C’est-à-dire une victoire dès le premier tour ? Il vaudrait mieux, pour le président sortant, qu’il en soit ainsi, car on n’a pas besoin d’être devin pour comprendre qu’un second tour serait très risqué pour lui, car, confronté à une probable alliance de ses opposants dans un 'tout sauf Macky Sall', il pourrait mordre la poussière. Vivement donc les résultats de cette présidentielle (…). »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.