GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Agriculture: le biocontrôle ou lutter contre les insectes sans pesticides

    Une tomate dévorée par la chenille de noctuelle. Source: Inra

    Entre le changement climatique qui modifie le contexte agricole et le nécessaire abandon des pesticides chimiques, l’agriculture doit développer de nouveaux outils qui permettront aux agriculteurs de continuer leurs activités dans des conditions très différentes de celles qu’ils ont connues jusqu’à présent, en particulier pour contrôler les insectes nuisibles.

    Depuis quelques années déjà, on utilise, en viticulture et en arboriculture, les odeurs, dans des pièges à phéromones – hormones odorantes sécrétées par les insectes eux-mêmes -, pour détourner les ravageurs de leurs lieux de prédilection. En viticulture, on utilise cette technique pour se débarrasser du ver de la grappe, qui est en réalité la chenille d’un papillon, la tordeuse de la vigne. Ce papillon vient pondre dans les grappes, son ver s’installe dans les grains de raisins et cause la pourriture de la vigne.

    Pour s’en débarrasser, les viticulteurs suspendent entre les pieds de petites capsules qui contiennent des phéromones. Ces pièges diffusent des odeurs qui perturbent le comportement des insectes mâles en période de reproduction. Les mâles restent alors à l’extérieur des vignes et ne fécondent pas les femelles, réduisant ainsi la population de nuisibles.

    Un papillon très gourmand

    Avec le réchauffement du climat, de nouveaux insectes nuisibles se répandent sur des territoires dont ils étaient absents jusqu’alors. C’est le cas de la noctuelle du coton, un papillon de nuit dont la chenille est très vorace. Ce papillon, qui représente la première cause de perte de coton en Egypte et autour du bassin méditerranéen, se trouve maintenant dans toute l’Europe et il monte certaines années jusqu’en Suède où il investit les serres. La chenille de la noctuelle du coton est herbivore et polyphage, c’est-à-dire qu’elle ne se contente pas de dévorer les feuilles de coton, elle aime toutes sortes de plantes maraîchères, comme les tomates, le maïs ou les pommes de terre dont elle grignote les fanes avec avidité. Mais en raison de son arrivée récente en Europe, il n’existe pas encore de techniques de biocontrôle de la noctuelle.

    Décrypter pour comprendre 

    L’équipe d’Emmanuelle Jacquin-Joly, au département d’écologie sensorielle de l’INRA, s’intéresse au comportement olfactif du papillon et de la chenille. Dans un premier temps, il s’agit de décrypter le fonctionnement des récepteurs olfactifs de ces insectes - qui n’ont pas grand-chose à voir avec notre nez -, ces récepteurs sont de nouvelles cibles pour perturber les comportements comme l’attraction sexuelle, le choix d’un site de ponte, ou le choix de la meilleure plante à manger. L’intérêt de cibler ces récepteurs est qu’ils sont très spécifiques, en aucun cas ils ne ressemblent à ceux des mammifères, et un herbivore n’a pas les mêmes récepteurs qu’une abeille ou un moustique, aucun autre animal ne sera donc perturbé.

    Cette technique a déjà été développée avec succès à l’INRA contre la bruche de la fèverole et sera bientôt disponible pour les agriculteurs, via la start-up montée par l’INRA, AgriOdor.


    Sur le même sujet

    • France / Agriculture

      Salon de l'Agriculture: des drones pour aider les cultivateurs

      En savoir plus

    • Etats-Unis

      Hardeman contre Monsanto: le Roundup de nouveau sur le banc des accusés

      En savoir plus

    • France

      Salon de l'agriculture: un secteur en meilleure forme

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.