GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Initiative cacao et forêts: un plan d'action trop lent?

    Récolte du cacao en Côte d'Ivoire. Ute Grabowsky/Getty Images

    Comment réduire l'impact du cacao sur les forêts d'Afrique de l'Ouest? Les deux premiers pays producteurs que sont la Côte d'Ivoire et le Ghana se sont associés à 33 des plus grandes entreprises de l'industrie du chocolat pour former l'« Initiative cacao et forêts », qui vient de définir son premier plan d'action.

    Stopper la déforestation liée au cacao, développer l'agroforesterie et assurer un meilleur revenu au planteur, ce sont les trois axes du plan d'action de l'« Initiative cacao et forêt », qui conjugue les efforts des Etats ivoirien et ghanéen avec ceux des multinationales du chocolat. Les 33 industriels et négociants, de Nestlé à Ecom et Cargill en passant par Mondelez, Unilever, Ferrero et Cemoi s'engagent d'abord à ne plus acheter de fèves provenant des forêts classées d'ici la fin de l'année.

    Géolocalisation

    « On accompagne les coopératives et les planteurs à utiliser des outils modernes de traçage de fèves, explique Joaquim Munoz, le directeur du développement durable de Cemoi. Si un planteur par exemple vous apporte 5 tonnes et que dans le passé vous n'avez acheté qu'une tonne, vous avez un problème dans le calcul, évidemment. Second point, il faut accompagner les coopératives et les planteurs à identifier les zones à préserver. Troisième volet, c'est tout ce qui concerne la géolocalisation et l'identification précise des zones de production avec les coopératives et les dirigeants de coopératives pour éviter que ces zones de production soient dans des forêts classées. »

    « Agro-forêt classée »

    Le deuxième axe, c'est le développement de l'agroforesterie. Il s'agit d'encourager la plantation de nouvelles essences fruitières ou médicinales dans les cacaoyères. L'industrie du chocolat promet d'aider les planteurs. La Côte d'Ivoire compte ainsi restaurer un couvert forestier sur 20% de son territoire d'ici 2030. Une nouvelle catégorie est même inventée dans le nouveau code forestier qui sera voté en avril,  l'« agro-forêt classée ». Un statut intermédiaire qui permettra de régulariser ou non l'intrusion des planteurs de cacao, selon les cas. Les industriels attendent ces nouveaux tracés officiels.

    Pas assez rapide

    « Attention à ce que l'on met sous le terme d'agroforesterie, prévient prudemment Frédéric Amiel, chercheur à l'IDDRI. 5 arbres ou 100 arbres à l'hectare ? Il faut une agroforesterie complexe, estime-t-il, et on en est très loin en Côte d'Ivoire. » Quant à « la géolocalisation des zones de forêts à risque, elle ne va pas assez vite, estime Sébastien Sachet d'Earthworm Foundation. Pendant ce temps, la forêt classée de Cavally continue de subir une dégradation phénoménale. »

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.