GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La Russie, premier producteur d'amiante au monde

    Des fibres de chrysostile, une variété d'amiante (image d'illustration). Education Images/UIG via Getty Images

    Les scandales sanitaires à répétition qui ont éclaté dans d’autres pays n’y ont rien changé : la Russie continue d’utiliser et surtout d’exporter son amiante. En 2018, selon les chiffres de la douane russe, ce sont plus de 600 000 tonnes de ce minerai considéré comme cancérogène dans de nombreux pays, qui ont été vendues par la Russie. Ses principaux clients : l’Inde, la Chine, le Vietnam et l’Indonésie. Dans ces pays, l’amiante n’est pas interdite : elle reste très utilisée dans le secteur du bâtiment et dans la construction de routes.

    En tant que pays producteur, la Russie a été confrontée depuis les années 1970 à la perte de nombreux marchés au fur et à mesure que l’amiante était interdite dans un nombre croissant de pays. Mais elle conserve en Asie, un débouché qui lui permet de conserver une industrie importante. Plusieurs dizaines milliers d’emplois en dépendent, en particulier dans la ville d’Asbets, du nom russe de l’amiante. Une ville entière tournée vers cette production, contrôlée par une unique entreprise, Uralasbest, premier producteur du pays.

    Et pour l’industrie russe de l’amiante, pas question de laisser se développer un débat sur les dangers de l’amiante...

    En effet, en Russie, les études médicales sur l’amiante sont donc rarissimes, et les producteurs affirment que le chrysotile, la variété d’amiante exploitée dans les mines russes, est inoffensif. Autre argument avancé par l’industrie : la campagne anti-amiante aurait été montée de toutes pièces, pour affaiblir les producteurs russes au profit des industriels européens dans le secteur de la chimie, qui auraient développé des substituts à ce minerai. Et les producteurs d’amiante de louer sur internet les innombrables avantages de l’amiante, présentée comme une matière naturelle et comme la manière meilleure de se protéger des incendies.

    Ultime trouvaille marketing : la référence à Donald Trump et aux nombreuses déclarations favorable à l’amiante de l’actuel président américain. Dans un livre publié en 1997, Donald Trump avait ainsi écrit que l’amiante était sûre à 100% et que la campagne visant à l’interdire était orchestrée par la mafia. L’été dernier sur Facebook, le principal producteur de Russie affirmait avoir ajouté sur ces sacs d’amiante, le portrait du président américain et la mention : « approuvé par Donald Trump ».


    Sur le même sujet

    • Accents d'Europe

      Amiante: un fléau toujours présent en Europe

      En savoir plus

    • Santé

      Amiante: la justice demande la fin des investigations dans plusieurs dossiers

      En savoir plus

    • Canada

      Le Canada va interdire l’amiante dès 2018

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      En France les travaux publics butent sur l’amiante naturel

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.