GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: dernière ligne droite pour le grand débat national

    «Faites de la politique», a lancé aux jeunes Emmanuel Macron en bras de chemise. Etang-sur-Arroux, le 7 février 2019. REUTERS/Emmanuel Foudrot

    En fin de semaine, pointe La Presse de la Manche, « ce vendredi 15 mars, prend normalement fin le Grand débat auquel tant de Françaises et de Français ont participé, dans un foisonnement d’idées, de propositions et de suggestions. Certains voudraient que dès le 16 au matin, en appuyant sur un bouton, le résultat des courses soit connu. Cela relève un peu de la science-fiction, s’exclame le quotidien normand, si l’on veut que toutes les contributions soient répertoriées avec sérieux. Car dans notre monde moderne, toute décision se retrouve en connexion avec toutes les mesures déjà existantes, il faut donc harmoniser. »

    « Première étape, relève Le Journal de la Haute Marne : faire le tri entre les centaines de milliers de doléances et de propositions qui ont été émises par la "France d’en-bas", comme dirait Jean-Pierre Raffarin. Ce tri sera forcément contesté par ceux qui ont toujours été contre la formule du Grand débat, qualifié de "mascarade" par bon nombre de figures du mouvement des Gilets jaunes, par l’extrême gauche et l’extrême droite. Mais, estime le quotidien champenois, le succès de cette vaste consultation – 1 million 400.000 contributions - lui confère une légitimité indéniable. »

    Aller à gauche, rester à droite ?

    En effet, renchérit Paris-Normandie, « ceux qui prédisaient au Grand débat national un échec cuisant se sont fourvoyés : l’exercice inédit est un succès. Toutefois, le plus délicat reste à venir… [...] Et après ? L’exécutif devra avancer des propositions claires, lisibles, à effet immédiat parce que si ce débat a suscité une forme d’engouement de la part des citoyens, les réponses apportées par le sommet de l’État devront être à la hauteur des enjeux identifiés autour de thématiques évidentes. »

    Et Les Echos de s’interroger : « le Grand débat tirant à sa fin, Emmanuel Macron arrive sur un rond-point, ou plutôt à un carrefour. Quelle lecture donner aux milliers de propositions faites par les Français depuis le début de l’année ? Qu’en retenir et jusqu’où réorienter sa politique ? Aller à gauche, rester à droite ? Tout est sur la table, rien n’est arrêté, tout est mouvant. Le président qui traçait son chemin transformateur en suivant scrupuleusement ses promesses de campagne donne aujourd’hui l’impression inverse. A l’écoute et hésitant. La navigation se fait à vue. »

    Enfin pour Le Figaro, c’est « la grande confusion : ce grand débat, comme la période que nous traversons, frappe par sa très grande incohérence. C’est le propre de l’exercice, convenons-en. Pour en sortir, pourtant, Emmanuel Macron n’a qu’une perspective : transformer sa "pensée complexe" en ligne claire. »

    Algérie : Bouteflika de retour et après ?

    A la Une également, la situation en Algérie… Après la manifestation monstre de vendredi et les appels à la grève, Bouteflika est de retour à Alger.

    Et la presse de s’interroger, à l’instar de La Voix du Nord : « le président-candidat Bouteflika, et son entourage, ont-ils eu peur d’une mise sous curatelle dans cet hôpital suisse où il avait trouvé refuge ? Rumeur et conjectures. Sait-il seulement qu’il est candidat à un cinquième mandat et que celui-ci ne doit durer qu’un an ? Fantasmes et suppositions. A-t-il vu ces images d’une foule en marche, d’une foule joyeuse mais déterminée, qui ne veut plus entendre parler de lui ni de son régime ? A-t-il entendu ces cris de colère d’un peuple qui se sent humilié parce qu’on présente à son suffrage un despote grabataire, dont on ne sait plus s’il est encore le marionnettiste ou depuis longtemps la marionnette ? Mystère et boule de gomme. L’opacité est la marque de ce régime. »

    Libération enfin s’interroge : « les militaires pourraient-ils jouer les arbitres ? [...] Le chef d’état-major de l’armée, le général Ahmed Gaïd Salah détient-il la solution pour sortir de la crise ? Et si oui, au profit de qui ? »

    Prochaine émission

    À la Une: qui pour diriger l’Europe?

    À la Une: qui pour diriger l’Europe?
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.