GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 25 Avril
Vendredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    De quoi le Brexit est-il le nom?

    Theresa May et Jean-Claude Juncker ont présenté deux nouveaux documents en vue du vote du parlement britannique sur le Brexit, le 11 mars 2019. REUTERS/Vincent Kessler

    Le Monde en Questions revient sur l’incroyable semaine que vient de vivre le Parlement britannique : trois votes en trois jours pour essayer d’y voir plus clair sur le fameux Brexit et une démonstration peu convaincante. Finalement, de quoi le Brexit est-il le nom pour les Britanniques ?

    Eh bien, au stade où nous en sommes, presque trois ans après le référendum où cette option de départ de l’Union européenne l’avait emporté de peu – 52% contre 48% chez les électeurs britanniques, ce Brexit, « Britain-Exit », est d’abord devenu le nom d’un immense fiasco collectif et surtout celui d’une classe politique littéralement incapable de trouver le moindre compromis pour traduire en actes censés et réalistes ce départ qui devait être si simple et qui s’avère si compliqué. Cette semaine, ils ont quasiment tout rejeté – l’accord de retrait que leur soumettait Theresa May pour la deuxième fois, mais aussi le fameux no deal, la sortie sans accord - d’une courte avance, il est vrai.

    Le Brexit aujourd’hui est aussi le nom d’une crise politique

    Oui, où l’on voit des parlementaires réputés pragmatiques ne plus l’être du tout, divisés en gros en quatre camps irréconciliables – même si certaines lignes bougent depuis quelques jours.

    Il y a d’abord les « Hard brexiters » – ce sont les partisans les plus convaincus de la nécessité d’un Brexit brutal et radical – plus aucun lien politique ni économique contraignant avec le vieux continent. Ces derniers sont sur un agenda idéologique, europhobes et nostalgiques de la grandeur passée, et même trépassée, de l’Empire britannique. Pour eux, le Brexit, c’est la souveraineté et la liberté économique retrouvées. Sur une position totalement inverse, voici les « remainers », les anti-Brexit, qui veulent rester au sein de l’Union européenne. Beaucoup parmi eux souhaitent un 2e référendum, en espérant un résultat inverse à celui du 1er. Espoir douché jeudi soir.

    Entre les deux, on trouve les partisans de Theresa May, qui acceptent l’accord de retrait compliqué - à cause du fameux « backstop » – conclu avec Bruxelles. Et enfin les partisans d’une sortie en douceur ou d’un divorce à l’amiable : ils souhaitent un « soft Brexit », avec un départ des instances politiques de l’Union, mais pas de l’Union douanière et des intérêts économiques et commerciaux partagés. Le problème – insoluble pour l’instant -, c’est qu’on trouve des partisans de ces différentes options dans quasiment tous les partis, d’où ces majorités impossibles.

    Sauf quand il s’agit de gagner un peu de temps, tellement on ne sait pas quoi faire. C’est ce qu’ont finalement décidé les députés, mais le report du divorce au 30 juin est loin d’être acquis dans les faits. Enfin, ce Brexit pourrait aussi être le nom d’un affaiblissement économique en cas de sortie sans accord. Au moins à court et moyen terme.

    Pour résumer, une crise identitaire et europhobe qui débouche sur une crise politique et peut-être demain sur une crise économique. Crise de nerfs assurée en tout cas, même si Teresa May, après avoir perdu sa voix et plusieurs votes, garde les siens, malgré tout. Comme on dit Outre-Manche , wait and seeGame is not over yet… Attendons de voir, la partie n’est pas encore terminée.. Drôle de partie, fascinante et pathétique à la fois.


    Sur le même sujet

    • Revue de presse française

      A la Une: l’introuvable Brexit

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      Brexit: vent de folie au Royaume-Uni

      En savoir plus

    • Revue de presse française

      A la Une: quel bazar ce Brexit !

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.