GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Jeudi 25 Avril
Aujourd'hui
Samedi 27 Avril
Dimanche 28 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Sri Lanka: les attentats coûteront jusqu'à 1,5 milliard de dollars au secteur touristique sur l'année (ministre)

    Tourisme dans la Communauté des pays de langue portugaise

    Vue de Praia, la capitale du Cap-Vert. Wikimedia

    La CPLP, la Communauté des pays de langue portugaise a réaffirmé son intérêt pour le développement du tourisme. Au cours du forum consacré à ce thème au Salon du tourisme de Lisbonne la semaine dernière, les gouvernements et les investisseurs ont multiplié les contacts, dans le but principal de faire tomber de nombreux obstacles.

    Depuis deux ans le tourisme est inscrit comme l’un des axes principaux du développement. Très demandeurs, les pays africains de la CPLP, Angola, Mozambique, São Tomé et Cap-Vert sont en tête. Les investisseurs portugais se montrent intéressés. Mais de nombreuses entraves persistent. Manuel Lapão, directeur de la coopération de la CPLP

    « Le frein principal, c’est la difficulté d’attirer des investissements directs étrangers, car il faut sur place rénover les infrastructures, investir dans la formation et le développement des ressources humaines. Ça pèse sur les investissements, surtout que très souvent les gouvernements ne peuvent pas assumer les coûts. L’autre question importante pour les pays lusophones concerne les visas et la circulation dans notre espace. Nous devons faire des progrès. »

    La priorité doit être donnée aux infrastructures estime Gonçalo Rebelo de Almeida, PDG du groupe Vila Galé, qui pour l’instant préfère observer.

    « Les pays ont bien compris que le tourisme peut être une bonne base de développement. Et ils mettent en place des mécanismes de stabilité et même de soutien financier. Mais pour moi, plus que cette aide, c’est surtout le développement des infrastructures, des routes, des hôpitaux qui est nécessaire, pour que la destination devienne vraiment intéressante. »

    L’un de ses concurrents le groupe Hoti Hotels a, lui, investi 20 millions d’euros dans son premier hôtel au Mozambique ouvert il y a six mois. Le retour à la stabilité dans le nord du pays et l’exploitation du filon gazier suscite l’intérêt.

    Manuel Proença, PDG de Hoti. « A la fin de cette année, les employés et les cadres liés aux chantiers du gaz vont commencer à arriver. Ils vont fournir du travail aux hôtels et aux auberges. Parce qu'il faudra loger environ 2 000 personnes. C’est vraiment une opportunité intéressante de développement. »

    Le forum sur le tourisme de la CPLP a permis la signature d’un accord entre le Portugal et São Tomé pour la mise en place du programme revive destiné à restaurer le patrimoine en vue de concessions touristiques. Une perspective aussitôt saluée par les investisseurs.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.