GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le Brexit selon Jean Meyer, startuper optimiste

    Jean Meyer, patron de Once. © Once

    Jean Meyer a créé avec succès Once, une application de rencontres amoureuses (concurrent de Meetic et de Tinder, Once revendique 8 millions d'utilisateurs dans le monde). Installé avec ses associés à Londres, ce Français de 36 ans vit de très près les événements du Brexit. Attiré par le dynamisme de la capitale britannique, il attend sereinement la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

    Choisir le nom et le logo de son entreprise peut être parfois prémonitoire. C’est le cas de Once, « comme once upon a time » (il était une fois en anglais), explique son fondateur Jean Meyer. L’application mobile de rencontres en ligne est par ailleurs symbolisée par une grenouille coiffée d’une couronne, clin d’œil aux « froggies », le surnom des Français outre-Manche.

    A Londres malgré lui

    A l'anglaise, il était une fois l'histoire d'un Toulousain, qui a vécu ses premières années à Niamey (ses parents, enseignants, étaient coopérants au Niger), qui fait ses études en France puis aux Etats-Unis, et qui en 2015 créé ce site de rencontres censé « remettre l'amour au centre du jeu ». Un seul contact par jour, la qualité plutôt que la quantité. Il décide alors de s'installer dans la capitale britannique, un peu malgré lui : « j’étais plus pour Barcelone, où il fait plus chaud, il y a la plage et les tapas. Mais mon équipe était très attirée par l’écosystème start-up à Londres, ville très internationale. Comme nous visions le marché européen, il nous fallait des Italiens, des Allemands, des Autrichiens, des Espagnols… » Mais à l’automne 2017, après le référendum et la victoire du Brexit, Jean Meyer décide de mettre les voiles, toujours sous la pression de ses collègues. « On avait de grands problèmes pour recruter, notamment dans nos équipes marketing », raconte Jean Meyer. « A chaque fois que l’on voulait recruter dans notre réseau européen, les mêmes arguments revenaient : que va-t-il se passer avec le Brexit, il y a beaucoup d’incertitudes. Je préfère bosser dans une start-up à Barcelone, parce qu’au moins je sais que je serai là pendant trois ans… ». Dans une lettre ouverte sur le blog de la French Tech, Jean Meyer écrit alors : « adieu Londres et merci pour le fish and chips ».

    Londres se vide

    Mais quelques mois plus tard, la jeune pousse composée à 80% de Français fait le chemin inverse et revient à Londres, aimantée par l'attractivité et le côté cosmopolite de la capitale britannique. Entre temps, la ville a pas mal changé. Jean Meyer est frappé par la crise de l’immobilier. « Il y a énormément de nouvelles constructions qui sont vides, ce qui n’était pas le cas en 2015. Ils ont beaucoup de mal à vendre et ça se traduit dans le paysage londonien. C’est assez surréaliste. » Le jeune patron dit aussi bénéficier de la baisse du cours de la livre sterling, « une aubaine » pour une entreprise qui engrange des revenus en Euros et paie des salaires dans la monnaie britannique.

    Pas peur du Brexit

    Once poursuit donc sa croissance, et ne semble pas trop s’inquiéter de l’alourdissement du climat des affaires. « En toute honnêteté, j’étais bien plus persuadé il y a deux ans que le Brexit allait faire mal. C’est devenu un peu n’importe quoi la politique anglaise. Ils ne savent pas très bien ce qu’ils font. Personne n’est vraiment au courant. Mais si le Brexit arrive, il y aura certainement des accords avec les pays européens. Et si ça n’est pas le cas, on partira à Barcelone, à Berlin ou à Paris… » En attendant, Once reste à Londres. Et son patron a bien l'intention de continuer son oeuvre: créer des couples des deux côtés de la Manche. « Nous, on trouve ça marrant. Dernièrement, on a eu pas mal d’e-mails de Britanniques nous disant que, grâce à nous, ils avaient rencontré la femme de leur vie, française ou italienne. Et que grâce à ça, ils ont un passeport italien ou français et qu’ils n’ont plus peur du Brexit ! »


    Sur le même sujet

    • Revue de presse française

      A la Une: la bouteille à l’encre du Brexit

      En savoir plus

    • Royaume-Uni / Union européenne

      Brexit: le compte à rebours décalé au 12 avril

      En savoir plus

    • Royaume-Uni

      Brexit: patronat et syndicats supplient Theresa May de changer d'approche

      En savoir plus

    • Débat du jour

      Brexit, en finir ou pas? Et comment?

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Evelyne Llauro Barres, directrice des «richesses humaines» de la MAIF

    Evelyne Llauro Barres, directrice des «richesses humaines» de la MAIF
    La MAIF a reçu la certification du Top Employers Institute, organisme qui certifie les employeurs créant les conditions optimales pour le développement de leurs collaborateurs. Portrait d’Evelyne Llauro-Barres, directrice des « richesses » humaines - (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.