GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Pétrolier «confisqué»: Washington dénonce la «surenchère de la violence» de l'Iran
    • Iran: les Gardiens de la révolution disent avoir «confisqué» un tanker britannique
    • Tensions entre Séoul et Tokyo: Trump se dit prêt à aider
    • Drone iranien: «Aucun doute, nous l'avons abattu» (Trump)
    • Tour de France 2019: Alaphilippe remporte le contre-la-montre et conforte son maillot jaune
    • Kosovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, annonce sa démission

    Espagne: fin de la lune de miel entre Vox, le Parti populaire et Ciudadanos

    Santiago Abascal (C), chef du parti d'extrême droite VOX, et le candidat régional Francisco Serrano célèbrent les résultats des élections en Andalousie, à Seville, le 2 décembre 2018. REUTERS/Marcelo Del Pozo

    Il y a encore quelques semaines, le parti d’extrême droite Vox avait trouvé deux alliés idylliques : les deux grands partis de la droite classique, le Parti populaire et Ciudadanos. Au point de construire une alliance régionale en Andalousie. Cette coalition des droites a vécu : à près d’un mois des législatives générales,cette entente s’est déchirée.

    Il semble que le déclic soit lié aux armes à feu. Tout a commencé avec le tollé provoqué par Santiago Abascal, le chef de file du parti Vox. Le lendemain même de la tuerie de Christchurch en Nouvelle-Zélande contre des musulmans, le candidat de l’extreme droite espagnole a préconisé de faciliter la vente d’armes à feu, voire même d’en faciliter l’accès. Aussitôt le leader de Ciudadanos Albert Rivera a rétorqué : « Moi, je ne veux pas d’un pays où des fous furieux tirent dans la rue ou dans des collèges ». Son homologue du Parti populaire, le conservateur Pablo Casado, a fait de même, en accusant Abascal et Vox de démagogie et de « terriblement dangereux pour la démocratie ».

    Mais il y a d’autres raisons à cette alliance brisée, et principalement des raisons politiques, et électorales. Aujourd’hui, à quelques semaines des législatives générales anticipées, le Parti populaire et Ciudadanos se rendent compte qu’au vu des sondages, leur alliance avec l’extrême droite n’est pas forcément une bonne idée pour expulser le socialiste Pedro Sanchez du pouvoir. Pourquoi ? Parce que, selon les enquêtes d’opinion,  au lieu de s’ajouter les suffrages de droite risquent de perdre de leur force. En clair, les Espagnols votant pour Vox cesseront de voter en faveur d’une des autres formation de droite. Résultat : l’alliance avec l’extrême droite risque de pénaliser Rivera et Casado

    Cela change-t-il la donne de manière sensible. Jusque là, il y avait deux blocs. D’un côté le bloc des droites qui était donné favori. De l’autre, le socialiste Pedro Sanchez qui avec un Podemos affaibli et des indépendantistes catalans radicalisés, ne pouvait guère aller loin. Avec ce nouveau panorama, se dessine une nouvelle solution à l’issue des élections du 28 avril : un rapprochement entre les socialistes et Ciudadanos, des centristes libéraux. Pour l’heure, les leaders respectifs ne veulent pas le dire à haute voix. Mais cette possibilité, hier impossible, pourrait être une issue à la crise politique espagnole.


    Sur le même sujet

    • Espagne

      Espagne: touché mais pas coulé, Podemos se lance en campagne

      En savoir plus

    • Espagne / Justice

      Espagne: Mariano Rajoy témoin-clé au procès des indépendantistes catalans

      En savoir plus

    • Décryptage

      Espagne: comment la Catalogne a déclenché une crise politique?

      En savoir plus

    • France/Espagne

      Guerre d'Espagne: il y a 80 ans, la «retirada» en France

      En savoir plus

    Prochaine émission

    L'Allemagne prépare les commémorations de l'attentat raté contre Hitler

    L'Allemagne prépare les commémorations de l'attentat raté contre Hitler
    Il y a dix ans, sortait le film Valkyrie. Tom Cruise y jouait le rôle principal, celui du comte Stauffenberg, le personnage central de l'attentat manqué contre Adolf Hitler le 20 juillet 1944. Aujourd'hui, 75 ans après, l'Allemagne va commémorer cet événement (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.